AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Heard you're new in town (jordan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Holly Cartwright
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
carnet de rumeurs
AGE DU PERSONNAGE: 27 ans
RELATIONSHIPS:
PROFILMESSAGES : 54
INSCRIT LE : 30/05/2014
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : karen gillan
STATUT MONÉTAIRE : dans les normes
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Heard you're new in town (jordan) Ven 6 Juin - 21:08

JORDAN & HOLLY




Le week-end. Il n’y avait rien à dire, c’était cool et appréciable, un petit break de deux jours avant et après une semaine de travail. Ouais, ça faisait du bien de souffler un peu, même si on adorait son job. Bon, en soi, la rouquine continuait un peu de bosser puisqu’elle profitait souvent de ses week-ends de livre pour lire les derniers livres édités avant leur prochaine parution. Comme ça, elle était toujours sûre et certaine d’être dans les clous. Et puis, ça lui donnait vraiment l’impression de bien faire son travail. En même temps, elle ne disait jamais non à de la lecture… Enfin bref, c’était Holly, quoi. Mais en attendant, elle avait faim, parce que bon, il était quand même quatorze heures, et elle avait été tellement absorbée par son roman, comme d’habitude, qu’elle en avait oublié l’heure, et son estomac qui gargouillait. Préparant rapidement une salade, elle réalisa que des courses seraient la bienvenue… Bon, bah elle irait les faire après le repas, comme ça, se serait réglé. Mais bon, si sa frangine pouvait squatter le canapé et l’aider à vider le frigo, elle pouvait aussi l’aider à remplir la liste de courses… D’ailleurs, où est-ce qu’elle était encore passée, celle-ci ? « Incroyable… » marmonna-t-elle dans sa barbe en mangeant sa salade. Mais vrai. Elle allait se coltiner les courses toute seule. Bon, Holly finirait sans doute par râler un tout petit peu contre sa sœur chérie qui passait ses journées elle ne savait où, et rentrait le soir comme si de rien n’était. Mais la rouquine avait envie de croire que sa sœur cherchait activement un appartement, et peut-être une colocation pour ne plus squatter le canapé. Enfin bref, pour l’instant, il fallait qu’elle se bouge pour remplir le frigo, enfin, après la vaisselle. Heureusement pour elle, ce ne fut que l’affaire de quelques minutes, et la jolie rousse put rapidement compléter la liste de course et attraper son sac à main pour se mettre en route. Elle sortit de l’appartement et referma derrière elle quand quelque chose attira son attention un peu plus loin dans le couloir. Des cartons ? Quelqu’un emménageait ? Pour le coup, elle était partagée entre la joie de voir un nouveau visage dans le coin, et l’agacement que ce ne soit pas sa frangine. Mais qu’est-ce qu’elle fichait, elle, d’ailleurs ? Il y avait eu un appartement ici et elle l’avait laissé filer ? Génial… Enfin bon, elle y repenserait plus tard. En attendant, Holly avançait dans le couloir pour voir qui était le ou la nouvelle venu(e). Personne dans le couloir, donc elle osa passer la tête par l’entrebâillement de la porte. « Euh… Bonjour ? » Timidement, elle ouvrit un peu plus la porte. « Y a quelqu’un ? » lança-t-elle avant de se mordre la lèvre. Peut-être que la personne était en bas et allait monter d’ici quelques instants ? Ou peut-être qu’elle était dans une autre pièce. Enfin bon, d’instinct, elle recula un peu, parce qu’elle se trouvait vachement mal polie à se permettre ça comme ça. Curiosité et excitation ou pas, c’était moyen, quand même. Alors elle se racla la gorge, un peu plus fort, espérant être entendue. Et puis, comme il ne se passait strictement rien, elle décida de toquer à la porte en parlant à nouveau. « Excusez-moi ? Je suis la voisine. Enfin, une des voisines… Je voulais vous souhaiter la bienvenue et... Je me demandais si vous aviez besoin d’aide par hasard ? » tenta-t-elle en se faisant toutefois à l’idée qu’elle n’aurait peut-être pas de réponse. Peut-être que la personne l’avait vu passer la tête par la porte, et que ça l’avait dérangé ? Elle devait la prendre pour une folle maintenant. Peut-être qu’elle ferait mieux de laisser couler et d’aller faire ses courses, comme prévu. Malgré tout, elle ne put s’empêcher de faire une petite grimace, un peu déçue. C’était con, mais elle avait été impatiente de voir ce nouveau visage, et ce serait peut-être sa seule occasion. Parce qu’à ses yeux, il était clair qu’en rentrant des courses, la personne serait déjà enfermée dans son appartement à défaire ses cartons et compagnie. Enfin bon, c’était comme ça, hein.


Dernière édition par Holly Cartwright le Sam 5 Juil - 14:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jordan Whitemint
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
PROFILMESSAGES : 34
INSCRIT LE : 10/05/2014
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : Emma Stone
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Heard you're new in town (jordan) Mar 10 Juin - 13:01

Ah les déménagements… Jordan n’en avait pas vécu beaucoup, juste lorsqu’elle était partie faire ses études et ensuite quand elle était rentrée chez ses parents. Donc ça avait été plutôt limité comme volume d’affaires. Mais là c’était le moment où elle prenait son envol, son vrai premier logement en tant que jeune femme de vingt cinq ans qui entre dans la vie active ! Excitée elle l’avait été les quelques jours avant le déménagement et cela malgré la corvée que représentait cette activité enrichissante que de faire des cartons. Emballer ses affaires c’était assez symbolique pour elle et c’était surtout ça son vrai moteur. En jeune femme gâtée depuis des années déjà, bénéficiant d’un espace de vie dans la maison familiale plutôt conséquent, la rouquin avait accumulé bons nombres de choses qu’elle emportait avec elle. Pas tout bien entendu mais une certaine quantité.
L’équipe de déménagement chargée de ses affaires avait été efficace, très même et ces hommes forts, et un peu bedonnants, avaient placé les meubles – voir remontés - au bon vouloir de la jolie rousse. En revanche concernant les cartons, hormis les plus lourds, ils étaient déposés dans l’entrée et pour certains devant la porte sur le palier. Bière fraîche engloutie, les déménageurs étaient partis en souhaitant bon courage à Jordan et quand elle regarda autour d’elle un soupir lui échappait. Organisée et méthodique elle s’obligeait à faire les choses dans l’ordre. C’était la condition sans laquelle la pauvre jeune femme n’en verrait jamais la fin.

Depuis combien de temps elle vidait des cartons et plaçait ses affaires dans ses placards, armoires et autres ? Aucune idée mais elle transpirait bien… C’était tout sauf glamour et passant devant le miroir de la chambre elle grimaçait en se voyant, une bonne douche s’imposerait dès qu’elle aurait fini. Sauf que cette fin là ne semblait pas disposée à arriver, pas maintenant en tout cas. Alors après une petite pause pour se rafraichir grâce à un soda bien frais – merci la glacière – la rouquine reprenait de plus bel avec un regain de motivation qu’elle ne devait surtout pas laisser filer. Si occupée et motivée qu’elle n’entendit pas qu’une voisine de palier l’interpellait.
Ipod sur les oreilles, improvisant une petite chorégraphie alors qu’elle faisait du rangement dans sa chambre, c’était le minimum si elle voulait pouvoir dormir ce soir. Faisant l’inventaire de ses cartons vides elle s’aperçue alors qu’il en manquait un, sans doute était-il dans l’entrée. Aussi elle s’y dirigeait mais pas en marchant comme tout être humain normal l’aurait fait, non Jordan prise dans son euphorie du rangement improvisait un petit moonwalk pour rejoindre l’entrée de son nouveau logement tout en zigzagant entre les divers trucs qui traînaient ça et là.

Arrivant à destination elle sursautait puis se stoppait nette en tombant nez à nez avec une autre rouquine. Était-ce une coutume locale de les parquer dans le même immeuble ? Elle en avait déjà croisé une ce matin en arrivant avant le camion de déménagement. Bouche bée, l’air probablement tout sauf intelligente elle éteignit à la hâte son Ipod avant de quitter ses écouteurs « Euh bonjour. Jordan Whitemint votre nouvelle voisine. » déclarait-elle avec un sourire tout en reprenant contenance. « Désolée pour le bazar sur le palier, je suis en train de ranger mais… » elle désignait l’ensemble de la pièce « … l’entrée est un peu saturée pour l’instant. ». Bien assez vite Jordan se rendrait compte de à qui elle avait affaire. Une curieuse ? Une fille sympa ? Une emmerdeuse ? Une sale aigrie ? Observant son interlocutrice elle penchait vers la fille sympa et curieuse, si elle se trompait rarement ça pouvait lui arriver quand même donc elle attendait de voir.
Haussant les épaules elle ajoutait « Vu mon avancement dans l’installation je suis désolée de vous dire que je suis dans l’incapacité de vous dépanner pour des œufs, de la farine, du sucre ou je ne sais trop quoi. » plaisantait-elle en riant légèrement « Sauf si vous cherchez vous même. » mais il était peu probable que cette consœur de chevelure ne soit là pour ça. Se passant la main dans les cheveux ou plutôt essayant de le faire, la jeune femme fit un petit sourire un peu gêné « Il fait chaud ici… Je suis surprise. » pour elle remonter au nord impliquait nécessairement des températures plus fraîches, mais à priori elle avait sous-estimé le climat de Bishopville.
Revenir en haut Aller en bas
Holly Cartwright
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
carnet de rumeurs
AGE DU PERSONNAGE: 27 ans
RELATIONSHIPS:
PROFILMESSAGES : 54
INSCRIT LE : 30/05/2014
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : karen gillan
STATUT MONÉTAIRE : dans les normes
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Heard you're new in town (jordan) Dim 15 Juin - 15:18

Non mais c’était pas croyable ça… Quelqu’un emménageant dans l’immeuble, et ce n’était pas sa frangine. Sa sœur avait eu cette opportunité, et elle n’avait rien fait. Alors quoi, au fond, elle ne cherchait pas du tout à retrouver un chez soi ? Pourquoi ne lui avait-elle rien dit ? Maintenant Holly doutait. Est-ce qu’elle cherchait vraiment ou est-ce que sa sœur se contentait de le lui faire croire. Et qu’est-ce qu’elle pouvait bien faire de son temps libre, alors ? Raaah, désespérant… Heureusement que la rouquine chassa bien rapidement toutes ses idées agaçantes, et resta de bonne humeur. Bon, soit, ce n’était pas sa sœur, mais c’était quelqu’un de nouveau dans le coin, ou en tout cas dans l’immeuble. Et la rouquine aimait faire de nouvelles connaissances. C’était donc l’occasion idéale non ? Elle allait pouvoir se présenter et proposer son aide, et puis, pourquoi pas, créer une nouvelle relation ? Oui bon, voilà, ça commençait déjà, le tournage de film mental… Décidément, elle était complètement irrécupérable. Enfin bref, elle s’était donc approchée en appelant le nouveau venu, ou la nouvelle venue, parce qu’à l’heure actuelle elle n’en avait pas la moindre idée. Elle appela, tentant de se présenter et de proposer son aide, mais personne n’arriva. Et finalement, elle failli rebrousser chemin, se disant que ce serait peut-être pour une autre fois, qu’elle allait pouvoir sortir faire un tour, acheter une petite pâtisserie et sonner en revenant, sourire aux lèvres et tout ça. Et ce fut à cet instant précis qu’une chevelure rousse débarqua en moonwalk, littéralement. Ah bah si elle écoutait Mickael Jackson à cet instant précis, elle s’en sortait plutôt pas mal, hein. En tout cas, cela fit sourire Holly, qui attendait presque deux ou trois paroles de la chanson. Mais quand la jeune femme réalisa qu’elle n’était pas seule, elle se stoppa immédiatement, ce qui avait presque fait Holly se sentir mal à l’aise. « Euh bonjour. Jordan Whitemint votre nouvelle voisine. » Holly sourit à nouveau en lui tendant la main. « Enchantée de faire votre connaissance. Je m’appelle Holly Cartwright, et je vis là-bas. » dit-elle en désignant la porte au fond du couloir d’un doigt. « Je… Je ne voulais pas vous déranger, ni vous interrompre. En tout cas, votre moonwalk était sympa. » La jeune femme affichait toujours le même sourire sincère sur son visage, et la spontanéité de sa « copine de couleur de cheveux », façon de parler, lui plaisait déjà pas mal.

« Désolée pour le bazar sur le palier, je suis en train de ranger mais… » Naturellement, la jeune femme suivait du regard la rousse qui désignait la pièce avant de poursuivre. « … l’entrée est un peu saturée pour l’instant. » La demoiselle hocha la tête en gardant son sourire collé sur ses lèvres. « Ne vous en faites pas, je comprends. C’est normal en même temps. Vous êtes nouvelle en ville ? » osa-t-elle lui demander blanco, sans doute un peu trop curieuse. « Vu mon avancement dans l’installation je suis désolée de vous dire que je suis dans l’incapacité de vous dépanner pour des œufs, de la farine, du sucre ou je ne sais trop quoi. » A cette réplique, Holly se mit à rire également. Non, elle n’était pas là pour ceci. Pas sûr qu’elle ait encore des œufs chez elle, mais ce n’était pas le but de sa visite. « Sauf si vous cherchez vous même. » Oui mais non, quand même… « Oh non, je ne suis pas là pour ça. En fait, j’essayais de vous appeler avant, mais j’imagine qu’avec les écouteurs vous n’avez sûrement pas dû entendre. » Oui enfin bon, c’était logique… Rah, ce qu’elle pouvait dire des conneries parfois, c’était impressionnant ! « Il fait chaud ici… Je suis surprise. » La jeune femme fronça un peu les sourcils, se demandant bien d’où elle venait et pourquoi était-elle aussi surprise qu’il fasse chaud en ville. Oui bon, ok… Holly était peut-être un peu curieuse. D’accord, beaucoup. Mais ça faisait partie du truc, faire connaissance avec la nouvelle voisine, et compagnie, non ? « Où habitiez-vous avant ? Si ce n’est pas trop indiscret, bien évidemment… Je ne voudrais pas paraître trop curieuse d’office. » Oups, trop tard, peut-être ? Fallait y penser avant… « En fait, je voulais me présenter, tout simplement, et vous accueillir comme il se doit. » Ou presque. « Bon, j’avoue que je ne vous ai rien apporté pour le moment, mais je me rattraperai, pour vous souhaiter la bienvenue en bonne et due forme. » Holly hochait la tête, comme pour confirmer sa bonne idée et sa convivialité. « Et je me demandais si vous aviez besoin d’aide, pour vous installer, ou ranger un peu. » Après tout, une paire de bras supplémentaire, ça ne pouvait que lui être bénéfique non ? Bon, ce n’était pas certain qu’elle allait accepter parce que, mine de rien, laisser une inconnue entrer dans son nouveau chez soi, et découvrir son jardin secret, ce n’était pas aussi simple que cela, et ça pouvait déranger. Ce qu’elle comprenait, et accepterait. « Enfin, si vous voulez hein, je comprendrais que vous refusiez. » N’empêche qu’en y réfléchissant, si Holly était à la place de Jordan, elle n’était pas certaine qu’elle aurait accepté comme ça, juste pour faire plaisir à la voisine bienveillante et pour avoir un peu d’aide. Enfin bon, qui ne tente rien n’a rien, comme on dit. Et ça partait d’une bonne intention, c’était tout ce qui lui importait à l’heure actuelle.


Dernière édition par Holly Cartwright le Sam 5 Juil - 14:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jordan Whitemint
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
PROFILMESSAGES : 34
INSCRIT LE : 10/05/2014
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : Emma Stone
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Heard you're new in town (jordan) Lun 16 Juin - 13:29

Jamais Jordan n’avait autant mouillé son t-shirt pour des taches ménagères ou de rangement. Une raison simple, elle faisait faire ça par d’autres personnes payées pour. En bonne petite princesse chérie de son papa et sa maman – mais ça ils l’avaient cherché en refusant qu’elle fasse ce à quoi elle se destinait – la jolie rouquine, pas désagréable avec les employés ne mettait que très peu la main à la pâte. Sauf que là elle était seule et devait se débrouiller. Tout c’était déroulé si vite entre l’entretien d’embauche, le lendemain où dans l’avion elle apprenait avoir obtenu le boulot et le fait qu’elle ai pu avoir ce logement par le biais de l’entreprise où elle allait bosser… Un vrai tourbillon d’évènements qui ne lui avait pas laissé le temps de s’organiser plus qu’en trouvant une compagnie de déménagement assez performante pour ramener ses affaires depuis San Francisco.
Mais finalement, même si elle se sentait toute transpirante et que le rangement n’était définitivement pas son sport favoris, Jordan s’amusait à rendre tout cela plus sympa grâce à un peu de musique. Petite chorégraphie pour le fun, ça l’aidait à ne pas renoncer et poster une annonce sur internet pour que des lycées viennent après les cours ranger son appartement à sa place, le tout pour quelques dollars et… Non quelques dollars suffiraient. Bon ok, un coca en plus. Prise dans son élan, moonwalk comme moyen de déplacement la jolie rousse c’était alors retrouver nez à nez avec une autre rouquine à l’air plutôt timoré de prime abord.

Spontanée, joviale et sociable Jordan c’était présentée accueillant en retour la présentation de sa voisine du bout du couloir : Holly. Premier prénom à retenir d’une longue série… Inévitable lorsque l’on débarque quelque part où l’on ne connaît personne. Heureusement que le ridicule ne tuait pas, la jeune femme serait sans doute morte en arrivant dans l’entrée. Quoi que elle gérait pas mal le moonwalk, sans vouloir se lancer de fleurs bien entendu, mais même sa toute nouvelle voisine venait de le faire remarquer. C’est une preuve, non ? Jordan eu un petit sourire en remerciement de ce compliment avant d’enchaîner directement sur des excuses à propos du désordre sur le palier. Il serait mal venu de se mettre déjà à dos les autres habitants de l’étage, voir de l’immeuble.
Compréhensive, et la rouquine n’en attendait pas moins de son interlocutrice, celle se prénommait Holly lui demandait si elle était nouvelle en ville. Hochement de tête suivit d’un léger haussement d’épaule furent les premières réponses de Jordan « Et oui. Je viens de trouver un emploi ici. » dans cette petite ville pour une entreprise dont l’activité principale est à New Yorl… Voilà où commençait son manque de chance avec ce job ! Ça et son patron plutôt étrange voir antipathique du peu qu’elle l’avait vu. Heureusement que chaque fin de mois viendrait compenser ces désagréments. S’inspirant de ce qu’elle avait pu vivre au campus ou même voir dans Friends, Jordan annonçait clairement à sa voisine qu’elle ne pouvait pas la dépanner pour l’instant si cette dernière manquait de quelque chose. Plus tard oui, sans problème mais là vu le chantier c’était peine perdu.

Sa congénère capillaire n’était pas là pour lui taxer du sucre ou des œufs, en même temps cela aurait été étonnant comme démarche vis à vis de quelqu’un qui emménage. En fait elle avait juste tenté de l’interpeller… Une jeune femme curieuse, tout comme elle, Jordan notait cela dans un coin de sa tête. Peut-être bien qu’elles allaient créer des liens toutes les deux. À bouger comme elle le faisait la jeune femme avait chaud et elle fit part à Holly de son étonnement sur la température qu’il faisait dans le coin. Forcément ça amenait la question de sa ville d’origine, et pas peu fière de là d’où elle vient Jordan affichait un large sourire « San Francisco. Je suis plutôt habituée à la chaleur donc… Mais comme ici c’est plus au nord je ne pensais pas qu’il ferait cette température là. En fait je redoutais un peu qu’il pleuve beaucoup. » elle fit une petite moue « C’est cliché, n’est-ce pas ? » n’attendant pas de réponse en bonne pile électrique qu’elle pouvait être elle enchaînait « Mais c’est tant mieux, je préfère le soleil et la chaleur. Qui aime la grisaille, hein ? ».
Son petit monologue fini Jordan laissait la parole à son interlocutrice qui profitait de ce répit pour expliquer la raison de sa présence dans l’entrée du nouvelle appartement de Jordan. Cette dernière trouvait d’ailleurs la démarche vraiment gentille de la part de l’autre rouquine. Ginger power ! Aurait-elle pu crier, mais elle voulait garder un semblant de crédibilité et ne pas afficher tout de suite sa douce folie. « Oh c’est très gentil de ta part. » elle eu un petit sourire « On va se tutoyer, c’est mieux. Enfin si tu veux bien… Mais on a pas cent ans et on ne bosse pas ensemble, donc… » ça serait plus sympa pour tisser des liens.  « Et c’est pas grave si t’as rien apporté. Pour l’instant je suis dans le rangement, si je m’installe pour grignoter je ne bougerais plus et dans six mois je vivrais toujours dans les cartons. » elle exagérait un peu, elle était tout de même relativement ordonnée.

Et là Holly honorait son prénom d’une divine façon en proposant son aide à Jordan. La jolie rousse se retint d’accepter directement, il ne fallait pas avoir l’air trop enjouée elle allait la prendre pour une esclavagiste. Elle fit un petit sourire « Et bien je… » mais sa voisine presque en s’excusant d’avoir proposé lui affirmait qu’elle était en droit de refuser. Alors la spontanéité de Jordan reprit le dessus « Ah mais si ! J’accepte. » et plutôt deux fois qu’une, elles iraient plus vite à quatre bras et quatre jambes. De toute façon elle n’avait rien à cacher et puis cette Holly Cartwright n’avait rien de la psychopathe en puissance. Bon ok il faut se méfier des apparences, ce genre de personne est intelligente et sait tromper son monde mais… Stop. Elle arrêtait le film et souriait un peu plus « C’est avec plaisir que j’accepte ton aide. » et elle lui offrirait un coca ensuite ou un café, ou n’importe quoi qu’elle voudrait boire.
« Je propose que l’on mette chaque carton dans la pièce où il doit aller ? De commencer par ceux qui sont déjà dans l’entrée et ensuite ceux du palier. » elles y verraient plus clair et puis comme ça Jordan n’aurait plus qu’à ranger dans les placards ce qui devait l’être et pour les meubles à monter elle aviserait un peu plus tard. « Tu peux t’occuper des cartons "chaussures" si tu veux, c’est écrit en gros dessus. Ils vont dans le dressing, la porte de droite au bout du couloir. » le bureau qu’elle avait fait directement transformer en dressing pour la bonne cause. Bon sa voisine allait être occupée un moment avec les quelques 8 cartons de chaussures. Jordan préférait s’occuper des cartons lourds comme la vaisselle et le reste, quoi que proportionnellement elle tenait plus à ses chaussures qu’à bien d’autres choses dans cet appartement. Elle regardait alors Holly avec un air solennel « C’est une grande mission que je viens de te confier. Je tiens beaucoup à mes chaussures. » toutes, ses escarpins, ses converses, cette paire de sandales achetées juste avant de partir de SF, toutes ! La rouquine se mit à rire et soulevait un carton qu’elle amenait dans sa chambre, la pièce juste à côté du dressing.
Revenir en haut Aller en bas
Holly Cartwright
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
carnet de rumeurs
AGE DU PERSONNAGE: 27 ans
RELATIONSHIPS:
PROFILMESSAGES : 54
INSCRIT LE : 30/05/2014
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : karen gillan
STATUT MONÉTAIRE : dans les normes
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Heard you're new in town (jordan) Ven 20 Juin - 13:30

« San Francisco. Je suis plutôt habituée à la chaleur donc… Mais comme ici c’est plus au nord je ne pensais pas qu’il ferait cette température là. En fait je redoutais un peu qu’il pleuve beaucoup. » Ah bah voilà, ceci expliquait cela. Et ça pouvait se comprendre. Quand on venait d’un endroit qui semblait aussi beau que celui-là, forcément, on avait peur de changer de climat du tout au tout. « C’est cliché, n’est-ce pas ? » Holly n’eut pas le temps d’ouvrir la bouche et d’émettre le moindre son que Jordan embrayait déjà. « Mais c’est tant mieux, je préfère le soleil et la chaleur. Qui aime la grisaille, hein ? » Le départ de Jordan avait dû être rapide, et elle avait dû débarquer ici en freestyle, en moonwalk, même. Sans se douter de rien. Enfin bref, c’était le moment de répondre. « Oui, c’est cliché, mais c’est pardonnable. Et puis, on ne sait jamais. » dit-elle en haussant les épaules avant de sourire un peu. « Mais il fait moche de temps en temps aussi, il ne faut pas croire. Vous finirez par la croiser, la grisaille. » Les aléas de la météo existaient partout, non ? Finalement, arriva quand même le moment de lui dire pourquoi elle était venue. « Oh c’est très gentil de ta part. » Gentille, c’était le second prénom de Holly. A peu de choses près, bien entendu. Enfin, le dicton « trop bonne, trop conne » s’appliquait généralement à la rouquine, mais ça, c’était une autre histoire. « On va se tutoyer, c’est mieux. Enfin si tu veux bien… Mais on a pas cent ans et on ne bosse pas ensemble, donc… » Une chose était sûre, Jordan semblait fortement sympathique. Jusqu’ici, en tout cas, elle lui faisait bonne impression. Et Holly ne put s’empêcher de rire à la dernière remarque de la jeune femme. « Tout à fait d’accord. » répliqua-t-elle simplement en hochant la tête, avant qu’un petit jeu ne s’installe mentalement dans sa tête : celui de deviner l’âge de la rouquine. Généralement, elle n’était absolument pas douée pour cela. Soit elle rajeunissait les gens, un peu trop, parfois au point de vexer, tout ça parce qu’ils s’entretenaient bien ou autre, soit elle les vieillissait, et là aussi, elle mettait les pieds dans le plat… « Et c’est pas grave si t’as rien apporté. Pour l’instant je suis dans le rangement, si je m’installe pour grignoter je ne bougerais plus et dans six mois je vivrais toujours dans les cartons. » Pas grave, certes, mais nul quand même. Ca ne lui plaisait pas et elle se rattraperait. Si après avoir aidé Jordan elle allait effectivement faire des courses, elle lui achèterait un truc. Et prendrait des plombes à le choisir, bien évidemment. Finalement, elle rit un peu, parce que Jordan semblait être une fille franchement marrante, il fallait l’avouer. « Je me rattraperais. Et je m’en serais voulu que tu aies des invités se demandant si tu emménages ou déménages. » C’était vrai, en plus. Elle ne disait pas ça comme ça. Bon, l’âge de Jordan ? Et bien… finalement, elle abandonnait déjà. Parce qu’elle avait un si beau visage qu’elle pouvait très bien avoir dix-huit ou dix-neuf ans, que vingt-sept ou vingt-huit, en fin de compte.

Ce n’était pas tout, mais l’heure était quand même venue de lui proposer son aide pour son emménagement, non ? « Et bien je… » Ah voilà, elle hésitait, par rapport à son jardin secret, au fait qu’elles étaient quand même des inconnues, et tout ça. À San Francisco, l’ambiance avait dû être différente, elle ne devait pas avoir l’habitude d’une telle démarche. Aussi, Holly s’empressa d’expliquer qu’elle comprendrait si elle ne voulait pas. « Ah mais si ! J’accepte. » Là, elle était un peu perdue quand même. D’hésitante, Jordan passait à enjouée, ravie et tous les autres synonymes. Mieux valait ne pas chercher à comprendre et se contenter de sourire, elle-même ravie qu’elle ait accepté la proposition. « Génial ! J’aime me sentir utile. » précisa-t-elle pour… et bien, elle-même ne savait quelle raison. « Je propose que l’on mette chaque carton dans la pièce où il doit aller ? De commencer par ceux qui sont déjà dans l’entrée et ensuite ceux du palier. » C’était une bonne idée pour mieux s’y retrouver. Jordan semblait assez organisée, à dire vrai. Holly se souvenait parfaitement de son propre emménagement, et cela avait été totalement différent… Elle avait entassé tous ces cartons dans la même pièce, et les avait à peu près tous ouvert, pour chercher telle ou telle chose par la suite. Un vrai bordel… « Tu peux t’occuper des cartons "chaussures" si tu veux, c’est écrit en gros dessus. Ils vont dans le dressing, la porte de droite au bout du couloir. » Des cartons chaussures ? Combien elle en avait au juste ? Là, elle ne put s’empêcher de flipper un peu mentalement, et priait pour que Jordan n’ait pas une vingtaine de cartons de chaussures comme c’était tellement cliché pour une fille dans les films. « T’es bien organisée dis-donc ! » Et en plus, elle avait anticipé sa question de « où est donc le dressing ? ». Pour le coup, elle était assez impressionnée, elle devait l’avouer. « Et entendu, bien évidemment. Mais… simple curiosité, tu en as combien des cartons de chaussures ? À peu près. » demanda-t-elle un peu perplexe quand même. Holly devait être la seule nana au monde à n’avoir que quatre paires de chaussures. Une paire de basket, une paire de tongs, une paire d’escarpin, et une paire de botte. Et elle les gardait durant des années, jusqu’à ce que l’une casse et qu’il faille la remplacer. En même temps… La rousse préférait dépenser son argent en livres qu’en chaussures… Chacun son truc. « C’est une grande mission que je viens de te confier. Je tiens beaucoup à mes chaussures. » Elle était sérieuse ? Parce que vu la manière dont elle la regardait, il y avait de quoi se poser la question. D’autant qu’elle éclatait de rire cinq minutes après… « Je ferais attention, t’en fais pas. » la rassura-t-elle alors en cherchant un des fameux cartons chaussure, tout en posant son sac à main dans un coin pour ne pas être encombrée. Lorsqu’elle en trouva un, elle l’amena bien évidemment au dressing en suivant les indications précédemment indiquées.

« Est-ce que je peux te demander ce que tu fais dans la vie ? Enfin, ce qu’est ce nouveau job, ou c’est peut-être un peu trop indiscret pour le moment ? » Pas autant que lui demander son âge, ceci dit. Et cette question lui brûlait les lèvres depuis tout à l’heure. Mais elle la gardait pour elle. « Et peut-être tes premières impressions de la ville ? » Holly fronçait les sourcils en se demandant si c’était vraiment pertinent, avant de hausser les épaules en retournant sur ses pas pour chercher un second carton chaussure. Est-ce qu’elle avait seulement fait un petit tour, à part pour venir ici ? « Enfin, je ne sais pas si tu as déjà pris le temps de te balader, ni même depuis combien de temps exactement tu es ici. En tout cas, je pourrais te faire visiter, si ça t’intéresse. Je suis née ici, donc je connais assez le coin. » Quel bel euphémisme. Elle connaissait Bishopville sur le bout des doigts. La rouquine trouva un nouveau carton chaussure et le porta dans le dressing. Et de deux ! « Disons, une fois que tu seras bien installée, comme ça, ce sera une certaine récompense, et même que je te montrerais les endroits à éviter et les endroits dont on ne peut se passer, pour manger ou boire un verre, une sorte de « après l’effort le réconfort ». Enfin, tu vois ce que je veux dire ? » Ou peut-être pas… Parce que Holly pouvait s’exprimer comme un pied, et avoir des idées parfois complexes à expliquer. Sans compter qu’elle avait plus de facilité à lire et comprendre les mots que de les utiliser vraiment, les arranger ensemble comme un fleuriste assortirait telle et telle sorte de fleurs dans la composition de son bouquet. Oui bon, Holly était maladroite tout court. Et elle remerciait mentalement Jordan de ne pas lui avoir donné de carton de vaisselle ou n’importe quoi de fragile, capable de se casser la figure comme elle l’était. D’ailleurs, c’était assez étonnant que cela ne se soit pas encore produit. Mais ça pouvait toujours arriver…


Dernière édition par Holly Cartwright le Sam 5 Juil - 14:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jordan Whitemint
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
PROFILMESSAGES : 34
INSCRIT LE : 10/05/2014
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : Emma Stone
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Heard you're new in town (jordan) Jeu 26 Juin - 21:16

Qu’elle avait beaucoup d’affaires Jordan était au courant… Mais autant ? Ça la surprenait elle même de voir tout ce qu’elle avait jugé nécessaire d’embarquer avec elle. La rouquine débutait une nouvelle vie, finies les études et bonjour la vie active, les responsabilités, etc. La plupart des choses dans ces cartons lui tenaient à cœur ou s’avéraient être des objets pratiques de la vie quotidienne – plus ou moins – qui lui seraient utiles. Sauf que la quantité de travail à fournir pour tout ranger était en proportion. Le plus difficile c’était peut-être de s’activer de la sorte avec la chaleur ambiante. Occasion que la jolie rousse choisie pour déballer quelques clichés à sa nouvelle voisine qui ne s’offusquait pas que Jordan puisse penser qu’à Bishopville il pleuve beaucoup. A vrai dire elle lui remit même un peu les pieds sur terre, c’était forcé, elle verrait de la grisaille.
Parler de la pluie et du beau, un sujet on ne peut plus classique, la météo est une mine intarissable ou presque de remarque à faire sur tout un tas de paramètres qui au final régissent la vie de nous autres pauvres Humains. Cependant là ça n’allait pas faire avancer son affaire. Aussi Holly s’excusait de n’avoir rien apporté pour l’accueillir, elle pourrait sans aucun doute se faire pardonner pour cet oubli dans les jours qui viendraient. La jolie rousse avait déjà en tête de demander à sa voisine si elle savait faire des muffins au cœur fondant… Son péché mignon, à consommer avec modération.

Pour le moment c’était de l’aide que lui proposait l’autre rouquine et Jordan dans un premier temps avait fait mine d’hésiter afin de ne pas paraître trop opportuniste. Mais craignant que son interlocutrice ne se rétracte sur sa proposition, elle avait ensuite sauté sur l’occasion d’avoir deux bras et deux jambes supplémentaires qui l’aideraient à faire le plus gros du rangement. Holly avouait aimer se sentir utile, une bonne chose puisqu’elle allait l’être. En vraie manager qu’elle pouvait être, Jordan expliquait brièvement et de manière clair comment elles allaient s’y prendre. Des consignes claires étaient le secret de la réussite. Un large sourire étirait ses lèvres alors que sa voisine soulignait à quel point elle était organisée « Je crois qu’il le faut si je veux pouvoir me sentir chez moi un jour. ». La rouquine assignait à son aide la tache d’emmener ses cartons à chaussure dans le dressing, à la question posée par Holly, la jeune femme compris qu’avoir plusieurs cartons de chaussures étonnait sa voisine. Jordan eu un petit haussement d’épaule « Oh 5 ou 6 peut-être plus. » c’était déjà bien assez effrayant comme chiffre pour une non initiée.
Pleine d’entrain comme à son habitude, la rousse s’empressait de plaisanter en mettant en garde Holly sur le soin qu’elle devait apporter à ses chaussures. Bien sûr elle y tenait mais elle en rajoutait beaucoup et un petit rire vint confirmer qu’elle n’était pas totalement sérieuse… Elle avait cru voir une certaine hésitation dans le regard de sa voisine, alors autant ne pas l’effrayer tout de suite. Ainsi les deux rouquines se mirent au rangement. Jordan s’occupait des cartons allant dans sa chambre, la pièce attenante au dressing, ainsi suivant plus ou moins le même chemin les deux jeunes femmes pouvaient donc continuer à discuter. Moment que choisit Holly pour essayer d’en savoir plus sur sa nouvelle voisine, chose tout à fait légitime. Elle commençait par le boulot, un bon choix puisque c’était ce qui l’avait amené là « Je viens de finir mes études et j’ai trouvé mon premier boulot ici. En tant qu’assistante du PDG de Hodges Entreprises, qui est sans grand suspens Sebastian Hodges. » elle ne savait pas du tout si dans le coin il était connu ou même son entreprise, mais comme il brassait des millions il ne devait pas passer inaperçu.

La ville. Comment trouvait-elle la ville ? Petite. Mais en comparaison à San Francisco c’était normal. Sinon son impression était relativement peu établie puisqu’elle était arrivée la veille du camion de déménagement, avait dormi au motel et s’était ensuite rendu directement à son appartement. « Ça a l’air plutôt sympa de ce que j’en ai vu. » passant à côté de l’autre rousse, Jordan lui adressait un sourire « Mais effectivement je n’ai pas encore eu le temps de me balader. » Holly avait un peu l’air d’être le genre de personne à penser à toute allure, les idées se bousculant dans sa tête et franchissant ses lèvres avant même qu’elle n’ai pu vraiment les analyser. « Je suis ici depuis hier, si je ne compte pas la journée que j’ai passé pour l’entretien. » elle haussait les épaules, avec le temps elle découvrirait Bishopville. Et l’idée que ça soit une native du coin qui la lui fasse découvrir l’enchantait « Pourquoi pas oui. Je ne connais rien ni personne ici, je ne dirais pas non à avoir une guide. ».
A en croire son débit de parole, Holly avait à cœur de faire découvrir sa ville ou en tout cas elle avait un réel enthousiasme à proposer son aide et ça Jordan appréciait. Surtout si sa voisine l’emmenait dans les coins sympa de la ville, bars, restos, elle prenait sans hésiter. « Ça serait avec plaisir. J’aime bien me faire un resto parfois après le boulot quand j’ai la flemme de cuisiner. » et ça pouvait arriver relativement souvent… Si sa nouvelle voisine s’intéressait à ce que faisait Jordan, cette dernière était aussi très curieuse d’en savoir un peu plus sur cette gentille rouquine qui lui avait si spontanément porté main forte. « Et toi qu’est-ce que tu fais dans la vie ? A Bishopville où tu es née. » elle trouvait ça à la fois amusant et un peu triste de rester comme ça dans la ville où l’on a toujours vécu. Alors oui si elle avait eu une opportunité à San Francisco elle l’aurait étudié, mais son envie d’aller voir d’autres horizons étaient bien plus forte. « Tu as vraiment toujours vécu là, ou t’as fait des études ailleurs ? Ou bougé un peu ? » demandait-elle ensuite, curieuse d’en savoir un peu plus sur le parcours de sa congénère capillaire.
Revenir en haut Aller en bas
Holly Cartwright
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
carnet de rumeurs
AGE DU PERSONNAGE: 27 ans
RELATIONSHIPS:
PROFILMESSAGES : 54
INSCRIT LE : 30/05/2014
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : karen gillan
STATUT MONÉTAIRE : dans les normes
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Heard you're new in town (jordan) Jeu 10 Juil - 12:24

Tandis qu’elle s’activait et rapportait déjà des cartons dans le dressing, des questions lui vinrent immédiatement en tête concernant Jordan. Son but n’était pas de se montrer trop intrusive dans la vie de la rouquine, mais simplement d’en savoir plus. D’un naturel curieux et convivial, elle s’intéressait franchement à ce que son interlocutrice faisait dans la vie. « Je viens de finir mes études et j’ai trouvé mon premier boulot ici. En tant qu’assistante du PDG de Hodges Entreprises, qui est sans grand suspens Sebastian Hodges. » Sebastian Hodges… Ah ouais, quand même. Holly ne le connaissait pas personnellement, et était quasiment persuadée de ne jamais croiser sa route, vu qu’ils venaient de deux milieux complètement différents. Ceci dit, elle en avait entendu parler… Mais pas forcément en bien, d’ailleurs. Et la première chose qui lui vint à l’esprit, et qu’elle lâcha tout haut sans même s’en rendre compte fut : « Ah ouais, quand même… » Oui, elle devait l’avouer, la jeune femme était assez étonnée. Pas parce que Jordan venait de terminer ses études et se retrouvait déjà à bosser dans une grande entreprise, mais par rapport à ce qu’elle avait entendu vaguement dire du patron. « Tu… l’as déjà rencontré ? Parce que… » Elle s’interrompit, assez mal à l’aise, pour le coup. « Hum… J’ai entendu dire qu’il était assez… » Et là, mission impossible : trouver le terme exact qualifiant cet homme. Mais, comme elle n’avait pas midi à quatorze heures pour terminer sa phrase, Holly opta pour un terme bateau, passe-partout, qui pouvait parfaitement englober tout ce qu’elle avait entendu au sujet de Sebastian Hodges. « Spécial. » Peut-être qu’un jour, elle trouverait ce fameux mot, mais pour l’heure, celui-ci convenait assez bien. « Enfin, après, j’en sais rien… » continua-t-elle en haussant les épaules pour que sa répliques précédente ait moins d’impact. Bon, c’était assez risqué comme sujet, quand même. Si elle commençait à descendre le patron de Jordan, ça n’allait peut-être pas le faire. Et puis bon, au fond, ce n’était peut-être qu’une apparence. Elle ne pouvait pas se prononcer puisqu’elle ne l’avait jamais rencontré pour le moment, et l’un de ses crédos était : quand on ne connait pas quelqu’un, on ne le juge pas. Aussi, elle changea rapidement de sujet pour parler de Bishopville. Voilà, ça, c’était son domaine de prédilection, et pour le coup, elle s’avançait en terrain on ne peut plus connu. C’était préférable. « Ça a l’air plutôt sympa de ce que j’en ai vu. » La jeune femme se mit à sourire également. C’était sympa, et assez convivial. Un endroit calme où il faisait bon vivre, selon elle, tout du moins. « Mais effectivement je n’ai pas encore eu le temps de me balader. » Oui normal, en même temps, elle avait autre chose à faire. Holly aurait pu se gifler mentalement pour cette question légèrement (mais juste légèrement !) con. « Je suis ici depuis hier, si je ne compte pas la journée que j’ai passé pour l’entretien. » Et voilà qu’elle s’enfonçait dans la connerie. Pour sûr qu’en deux jours, elle n’avait pas encore fait le tour de la ville, ni quoi que ce soit dans le genre… Ralala, elle se maudissait. « Tu n’es jamais venue auparavant ? Pour des vacances, ou je ne sais pas ? » demanda-t-elle pour se rattraper un peu. Peut-être que Jordan n’avait même pas eu connaissance de l’existence de cette petite ville avant qu’elle ne postule pour Hodges Entreprises ? « Et euh… excuse-moi pour la question pas très très futée… » Oui, parce qu’en y réfléchissant, ça paraissait logique, tout ça. Mais Holly était tellement douée pour mettre les pieds dans le plat et se ridiculiser tout bêtement que ce n’était plus vraiment étonnant, à force.

Pour se rattraper complètement, elle lui proposa de lui faire découvrir sa ville natale, quand elle serait installée et qu’elle aurait le temps. Enfin, dès que Jordan en aurait envie, en fin de compte. « Pourquoi pas oui. Je ne connais rien ni personne ici, je ne dirais pas non à avoir une guide. » Holly souriait, ravie de voir que sa proposition était acceptée. Elle se sentait déjà moins bête, c’était pas mal. « Oh, je suis sûre que tu n’auras pas de mal à te faire des amis ici. T’es sympa, et plutôt marrante. » Et elle le pensait, pour ce qu’elle en avait déjà vu. Mais bon, Holly était le genre de fille à foncer dans le tas, à s’attacher très vite et dès qu’on lui adressait une parole gentille, pouf, elle s’emballait déjà. « Ça serait avec plaisir. J’aime bien me faire un resto parfois après le boulot quand j’ai la flemme de cuisiner. » Et voilà que le sourire de la jeune Cartwright s’élargit, franchement ravie. Il ne lui en fallait vraiment pas plus. « Super ! Et bien, dès que tu auras le temps, ou l’envie, tu me feras signe alors ! » Elle était enjouée, limite excitée en s’imaginant déjà se lier d’amitié avec la rousse. « Et tu sais, comme tu viens d’arriver et que t’es pas encore installée, si jamais tu veux venir manger chez moi, y a pas de souci ! » Bah oui, elle n’allait pas la laisser tenter n’importe quel resto pour finir par tomber sur celui qu’il fallait à tout prix éviter pour X ou Y raison. Quand même ! Trois rouquines dans le même appartement, ça pouvait être sympa. Ouais, enfin si Daisy montrait le bout de son nez, parce qu’elle n’était pas souvent à l’appartement, et ne partageait plus grand-chose avec sa sœur. Avait-elle des secrets ? « Et toi qu’est-ce que tu fais dans la vie ? A Bishopville où tu es née. » Discrètement, Holly secoua légèrement la tête pour chasser ses pensées et se reconcentrer un peu. « Je suis attachée de presse dans l’édition, mais je ne bosse pas ici. »[/color] La ville était trop petite pour accueillir une telle structure. Encore que ça pouvait venir avec les années, puisque Monsieur Hodges bossait ici. « Mais si je pouvais, je le ferais. Encore que j’aime bien mon heure de trajet avant d’aller bosser. » Ca lui permettait de décompresser, de souffler, et de surtout mieux se réveiller pour arriver en forme. « Tu as vraiment toujours vécu là, ou t’as fait des études ailleurs ? Ou bougé un peu ? » Question totalement légitime, à laquelle Holly se mit à sourire. « J’ai fait mes études dans le coin, dans l’université la plus proche d’ici. J’aime ce coin, et… J’sais pas, j’ai jamais eu envie d’aller voir si l’herbe était plus verte ailleurs. Ce que j’ai ici me suffit. » La rousse fronça un peu les sourcils, pas sûre d’être totalement claire. Aussi, elle enchaîna en haussant les épaules. « Deux de mes sœurs ont choisies de s’éloigner un peu, enfin pas à l’autre bout du monde non plus, mais moi, je ne me voyais pas vivre ailleurs. Bishopville, c’est… » C’était dingue comme il était parfois compliqué de s’expliquer… « Chez moi. » finit-elle par dire après avoir trouvé la tournure exacte. Restait à savoir si Jordan allait comprendre ce qu’elle voulait dire, et pour le coup, ce n’était pas certain vu que Holly pouvait s’expliquer comme un pied, par moments. « Tous mes souvenirs sont ici, et je les aime beaucoup, je n’ai pas d’ombre au tableau que j’aimerais effacer, pas de nouvelle vie à créer, tu vois ce que je veux dire ? » Cartwright haussait les épaules avant d’ajouter une dernière phrase. « C’est bête à dire, et je ne sais pas ce que ça fait de moi, peut-être une froussarde de l’aventure, une casanière, ou que sais-je encore, mais… C’est ma vie, c’est ici que j’aime être. » Et elle ne savait pas expliquer plus clairement pourquoi, ceci dit. La jeune femme se mit à sourire avant de se reconcentrer un peu sur sa besogne et de chercher un nouveau carton pour le ramener dans le dressing. Ca n’allait pas se faire tout seul non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Jordan Whitemint
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
PROFILMESSAGES : 34
INSCRIT LE : 10/05/2014
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : Emma Stone
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Heard you're new in town (jordan) Sam 12 Juil - 14:41

Spécial ? Non sans blague ! Même Holly sa voisine connaissait Sebastian Hodges comme étant spécial. Et puis vu la manière dont elle l’avait dit ça n’était pas un spécial positif mais plutôt l’inverse. Donc sa première brève impression sur son patron était sans doute la bonne, elle allait devoir se méfier de ce mec. « Vaguement le jour de l’entretien. » lâchait Jordan en hésitant à se perdre dans plus d’explications ou garder ça pour elle, mais ça valait quand même d’être raconter alors elle poursuivit « En fait c’est son ancienne assistante, celle que je remplace, qui nous a fait passer à moi et les autres l’entretien d’embauche. » elle soupira « Monsieur Hodges nous a juste invité à… Défiler dans son bureau pour nous voir. Ensuite il a dit deux trois trucs à son assistante et puis la suite tu la connais. » la rouquine écartait les bras en faisant une sorte de petite révérence « Me voilà ! » elle fit une moue « J’aime espérer que c’est vraiment pour mes compétences que cette femme m’a choisit plutôt qu’une de mes rivales… » avouait-elle avant de reprendre un carton a emmener dans sa chambre. C’est depuis cette pièce que la discussion se poursuivit « Enfin bref je ne vais pas me plaindre, j’ai ce bel appart et une bon salaire. ».
En fait l’entreprise et l’aéroport étaient les deux choses que la jolie rousse avait eu le temps de voir depuis son arrivée. Bon bien sûr elle avait vaguement observé les alentours en arrivant pour son emménagement mais c’était plutôt limité comme aperçu de la ville. Ce qui ne serait bientôt plus un problème avec la proposition de sa voisine de la faire visiter. Jordan eu un léger rire quand l’autre rouquine lui demandait si elle n’était jamais venue du tout et elle répondit avec un ton légèrement timide « C’est ma première fois. » puis elle éclatait de rire en songeant que son humour était parfois assez pourri. Holly s’empressait de s’excuser pour la question posée, elle lui semblait un peu stressée par moment, ce genre de personne qui a toujours peur de dire ou faire une connerie. « T’en fais pas, ce n’était pas une question bête. » tentait de la rassurer la jolie rousse, elle ne voulait pas que sa voisine et seule connaissance se sente mal à l’aise. Elle sentait cette jeune femme d’une grande gentillesse et sa première impression la trompait rarement. Aussi elle acceptait bien volontiers qu’elle fasse la guide et lui conseille des endroits où aller manger ainsi que ceux à éviter.

Jordan était franche et sincère, des qualités qu’on lui reconnaissait qui pouvaient devenir des défauts quand elle s’avérait être cash et insolente. Elle avait l’honnêteté de reconnaître être complètement seule ici, de ne connaître personne car elle trouvait que c’était le meilleur moyen d’être accueillis par les autres. Prétendre avoir des contacts ou refuser un semblant d’aide n’était pas un comportement efficace pour une bonne intégration et la rouquine adorait bien s’intégrer. Pas de langue de bois et ça payait puisqu’elle récoltait des compliments de la part de sa nouvelle connaissance au point qu’elle failli rougir, mais faillit seulement. « C’est très gentil de ta part de me dire ça Holly. » elle la gratifiait d’un sourire sincère « Et vraiment je suis reconnaissante que tu proposes de m’accorder un peu de ton temps pour m’aider à me repérer dans le coin. » pas tout le monde aurait fait cette démarche. Il était donc certain que Jordan solliciterait son aide pour aller au resto, elle l’inviterait pour compenser. Mais sa voisine ne s’arrêtait pas là dans sa générosité, elle lui proposait de venir manger chez elle si besoin. « Je… Merci. Vraiment… » là c’était presque gênant parce qu’elles se connaissaient depuis si peu de temps qu’une telle ouverture de la part d’Holly surprenait Jordan. La rouquine étant plutôt une citadine, ce comportement n’était pas vraiment le modèle type à San Francisco même si on pouvait y rencontrer des gens géniaux et très accueillants.
La rousse prenait note de la proposition mais changeait de sujet, ça allait être elle qui finirait par être mal à l’aise avec toute cette gentillesse. Avant de s’incruster chez sa nouvelle voisine si elle avait la flemme de se faire à manger, la moindre des choses était de s’intéresser à cette dernière. Jordan commençait par le boulot, une bonne base pour apprendre à connaître quelqu’un. Bizarrement le domaine d’activité de Holly ne la surpris pas, elle était tout à fait le genre de personne qu’elle voyait bosser dans un milieu littéraire. Non pas qu’elle fichait les gens… Mais ça tombait sous le sens concernant sa compatriote capillaire. Qui plus est la jeune femme était sans doute passionnée par ce qu’elle faisait pour être prête a faire deux heures de route chaque jour pour aller bosser et rentrer le soir. Une contrainte qu’elle appréciait même, et la remarque fit sourire Jordan « Me lever une heure plus tôt le matin je ne sais pas si je pourrais. Tu es courageuse Holly. » bien sûr si elle n’avait pas le choix elle le ferait mais c’était difficile de concilier l’envie d’être impeccable pour aller bosser et son goût pour une bonne nuit de sommeil… Le tout à accommoder avec sa tendance à regarder des sérieux jusque assez tard le soir ou sortir boire un verre entre amis. Une seconde option assez compromise pour le moment ceci étant dit.

Une Bishopienne ? Une Bishopvillienne ? Une… native de Bishopville pure souche. Voilà ce qu’était Holly. Le cliché même d’une provinciale épanouie qui aime sa ville, son environnement et n’irait nul part pour rien au monde. Ça contrastait avec Jordan et ses envies de découverte, de voyage. Elle aimait San Francisco comme aucune autres villes mais elle adorait aussi la quitter pour en découvrir de nouvelles. Sur le sol américain mais aussi ailleurs dans le monde. Elle avait d’ailleurs beaucoup apprécier son séjour en Europe ainsi que celui qu’elle avait passé en Chine dans le cadre de ses études. C’était aussi pour cette raison que venir s’installer dans une petite ville comme Bishopville ne lui avait pas posé de problème, même si elle voyait ça plus grand… Ou aurait espéré que ça le soit et que New York avait été son choix premier si on le lui avait proposé. Mais en écoutant Holly Cartwright sa nouvelle voisine, Jordan se surprenait à avoir envie de découvrir cette endroit. Sûrement parce qu’elle en parlait avec passion et bienveillance, de quoi vous rendre vraiment curieux. « Je comprends. » certes elle était différente mais oui elle pouvait comprendre que cet endroit comptait pour Holly et qu’elle ne se voyait pas vivre ailleurs.
Après encore un moment à ranger et voir le nombre de carton dans l’entrée diminuer, Jordan décidait qu’il était temps de s’accorder une pause. Finissant de vider le dernier carton qu’elle avait ramené, la rouquine allait ensuite trouver sa voisine dans le dressing « Tu veux boire quelque chose ? » proposait-elle en souriant « Les chaussures attendront encore un peu. Et le reste aussi d’ailleurs, je crois qu’on a mérité une pause, non ? » d’un geste elle l’invitait à aller dans le salon et de s’y installer, avant de se diriger vers la cuisine et ouvrir le frigo, première chose qui avait été installé dans l’appartement. « Bière, coca, eau, jus d’orange. C’est tout ce que je peux te proposer. » elle se mit à rire « Ou alors un café ou même un thé. » après tout ce n’est pas parce que elle ne voulait pas boire chaud que Holly n’en avait pas envie. Revenant avec les boissons elle s’assit sur un fauteuil, posa les boissons sur la table basse ainsi qu’un paquet de biscuits « J’espère que tu aimes les pépitos. » déclarait-elle avec le sourire. En prenant elle même un, Jordan décidait de continuer à en apprendre d’avantage sur sa précieuse aide « Tu vis seule ? » la question était assez vague pour ne pas être trop indiscrète. Du moins elle l’espérait.
Revenir en haut Aller en bas
Holly Cartwright
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
carnet de rumeurs
AGE DU PERSONNAGE: 27 ans
RELATIONSHIPS:
PROFILMESSAGES : 54
INSCRIT LE : 30/05/2014
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : karen gillan
STATUT MONÉTAIRE : dans les normes
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Heard you're new in town (jordan) Mar 15 Juil - 22:58

Vaguement ? Comment avait-elle pu rencontrer son patron de la sorte ? Juste… Vaguement ? C’était ce qu’elle se demandait à cet instant, et avant même que Jordan ne réponde elle imaginait différent scénario. Un homme pressé qui avait un imprévu et devait écourter l’entretien. Ou alors avait-il préféré l’écourter suite aux capacités de Jordan, se rendant compte qu’elle était faite pour le poste ? Ca avait peut-être simplement fait tilt quand ils avaient commencés à discuter et le tour avait été joué ? Oui, sûrement. « En fait c’est son ancienne assistante, celle que je remplace, qui nous a fait passer à moi et les autres l’entretien d’embauche. Monsieur Hodges nous a juste invité à… Défiler dans son bureau pour nous voir. Ensuite il a dit deux trois trucs à son assistante et puis la suite tu la connais. » Quelle ne fut pas la surprise d’Holly à l’écoute d’une telle réponse. Sans vraiment se contrôler, elle écarquilla les yeux. Son naturel prenait toujours le dessus, et sa spontanéité aussi. « V… Vraiment ? » La question était légitime à ses yeux, elle qui avait imaginé deux possibilités totalement différentes, et beaucoup plus vraisemblables. Jordan devait la faire marcher en bateau, c’était la seule solution, non ? « Défiler ? Comme… Comme des mannequins, au sens littéral, ou tu veux dire que l’entretien était tellement rapide que c’était l’impression que ça donnait ? » Ca devait être la seconde option, pour sûr, et sa question devait être totalement bête. Après tout, ce n’était pas n’importe quel poste, et Monsieur Hodges n’aurait pas littéralement fait défiler les postulantes. Ça aurait été… Comment dire… Déplacé. Oui, voilà. N’empêche que quand la rousse fit une sorte de courbette en disant qu’elle était là, qu’elle avait été retenue pour le poste, ça l’avait fait sourire. Holly aimait bien l’humour de sa nouvelle voisine. Elle n’avait pas l’air d’être du genre à se prendre la tête pour rien, et même les discussions les plus sérieuses devaient avoir cette petite note d’humour qui faisait tout. « J’aime espérer que c’est vraiment pour mes compétences que cette femme m’a choisit plutôt qu’une de mes rivales… » Sérieusement ? C’était elle qui avait choisi ? Eh bah… Pour sûr que Monsieur Hodges était étrange… Ce qui la confortait dans son idée de ne pas le rencontrer. Enfin, si elle pouvait éviter, ça l’arrangerait, pour la simple et bonne raison qu’elle cherchait toujours à voir le meilleur des gens, et si Jordan ne plaisantait pas avec cette histoire d’entretien, ce serait un peu compliqué pour elle. « Si c’est vraiment elle qui a eu le dernier mot, je pense que oui. Tu sais pourquoi elle est partie ? Enfin, je pense qu’elle a dû baser son choix sur tes capacités, en connaissance de cause. » N’empêche qu’elle n’aurait jamais cru tout ça, tellement c’était étrange.

Après le boulot, la ville, logique. Holly avait demandé à la jeune femme si elle avait déjà mis les pieds en ville par le passé, ne serait-ce que quelques jours, ou le temps d’un week-end. Après tout, c’était possible, non ? « C’est ma première fois. » Là, l’attachée de presse ne put qu’éclater de rire. Le fameux humour de Jordan. Cela semblait en plus être inné chez elle, le genre de truc à sortir sans réfléchir un seul instant. Spontanée dans l’humour. Ca lui plaisait, ouais. « Et les premières fois ne s’oublient pas. » renchérit-t-elle entre deux rires. Ne restait plus qu’à espérer qu’elle garderait un bon souvenir de la ville, quoi qu’il arrive. Peut-être qu’elle aimerait au point d’y rester des années, voire le restant de sa vie ? Allez savoir. « T’en fais pas, ce n’était pas une question bête. » Petit haussement d’épaules en guise de réponse. Dans les suites de la conversation, la rouquine lâcha Jordan qu’elle était persuadée qu’elle créerait bien vite de nouvelles amitiés. Elle ne s’en faisait pas le moins du monde. « C’est très gentil de ta part de me dire ça Holly. » Répondant au sourire de sa voisine par un même sourire elle hocha un peu la tête avant de répliquer. « C’est sincère, tu sais. T’as un truc en plus qui fait qu’on se sent directement à l’aise, comme si on te connaissait depuis des lustres et qu’on se retrouvait simplement après des plombes. » Ouais bon, dit comme ça, c’était peut-être un peu étrange… Un peu fou, en fait. « Enfin… Je sais pas si tu vois vraiment ce que je veux dire… » Parce que quand elle s’expliquait comme un manche à balai, ce n’était pas gagné. « Et vraiment je suis reconnaissante que tu proposes de m’accorder un peu de ton temps pour m’aider à me repérer dans le coin. » Holly écarta cette réplique d’un geste de main, comme si ce n’était pas grand-chose. Et à ses yeux, c’était ce que c’était, tout simplement. « C’est normal entre voisins. Et puis, c’était ça ou les courses… » lâcha-t-elle en plaisantant. « Je rigole, bien évidemment, c’est un plaisir de t’aider à t’installer. L’installation, c’est toujours un calvaire. Déjà que le ménage c’est pas génial, mais alors là… Tout faire de A à Z… » Ouais, ça méritait un peu d’aide, pour sûr. Lui montrant combien elle était généreuse, Holly ne s’arrêta pas là et lui expliqua qu’elle pouvait aussi venir diner chez elle si elle en avait envie ou besoin pour X ou Y raison. « Je… Merci. Vraiment… » Cette fois, elle la gratifia d’un large sourire sincère. « Encore une fois, c’est normal. J’suis sûre que cuisiner après une telle journée c’est pas vraiment le truc qui te donne le plus envie. Enfin, en tout cas tu sais que si t’as besoin d’aide pour quoi que ce soit tu pourras toujours venir me voir. » C’était la moindre des choses, franchement. Oh, elle était consciente que dans de générosité lui retournerait une fois en pleine face, c’était déjà arrivé d’ailleurs, mais elle était comme ça, et ne pouvait pas changer du jour au lendemain alors que cette générosité était l’un de ses principaux traits de caractère. Ce qui faisait qu’elle était Holly, en somme.

Et puis arrivait le moment de faire plus connaissance, d’entrer un peu dans les détails quoi. « Me lever une heure plus tôt le matin je ne sais pas si je pourrais. Tu es courageuse Holly. » La rouquine rit légèrement. Ca avait été dur au début, c’était vrai. Pas très réjouissant comme idée, mais elle s’y était faite, et avait adoré ce moment. Rouler en écoutant de la musique, ça la réveillait bien mieux qu’un café. « On s’y fait, tu sais. Et puis, quand tu fais quelque chose qui te plait vraiment, c’est qu’un détail, et après, t’y penses plus du tout. » Fallait prendre le rythme, quoi, après, sincèrement, ça allait tout seul. Par la suite, Jordan lui répliqua qu’elle comprenait ce que la jeune femme ressentait pour sa ville, ce besoin qu’elle ressentait de s’épanouir ici, là où elle avait commencé à le faire. Ailleurs, ce serait différent, elle serait perdue, sans le moindre repère. Même si c’était à cinq minutes d’ici. Là, elle avait son train-train quotidien et ça lui convenait parfaitement. Finalement, les deux jeunes femmes continuèrent encore de ranger et d’avancer dans les tâches à faire, jusqu’à ce que Jordan vienne dans le dressing pour lui poser une question. « Tu veux boire quelque chose ? » A dire vrai, une petite pause serait la bienvenue là. Pas qu’elle était exténuée non plus, mais elle avait un peu soif. « Ce serait avec plaisir. » dit-elle en souriant avant que Jordan ne reprenne. « Les chaussures attendront encore un peu. Et le reste aussi d’ailleurs, je crois qu’on a mérité une pause, non ? » Elle hocha la tête, ravie de cette suggestion. Ca leur permettrait de discuter un peu plus, tout en faisant le point sur leur avancée. A présent dans le salon, elle ne pouvait s’empêcher de regarder autour d’elle le nombre de cartons restant. Bon, c’était pas encore tout à fait ça… Mais c’était déjà pas mal, non ? Jordan lui proposa alors plusieurs boissons qu’elle avait à disposition, qu’elle écoutait avec attention. « Est-ce que ce serait paradoxal pour une rousse de boire du jus d’orange ? » répondit-elle en souriant avant d’ajouter. « Parce que ça me tente bien, quand même. » Ce serait même parfait et ça lui donnerait encore un peu plus la patate. « J’espère que tu aimes les pépitos. » Et un nouveau depuis le canapé, un. Comme si elle allait faire la difficile de toute façon. Oh non, je préfère les macarons, tu n’en as pas en stock ? Haha, n’importe quoi. « C’est parfait, je te remercie. » Elle ne tarda d’ailleurs pas à un prendre un et à le manger. Une valeur sûre, les pépitos.

« Tu vis seule ? » Question un peu délicate. Pas qu’elle soit gênée, ni rien. Juste que c’était un peu compliqué. « Techniquement, oui. Mais j’héberge une de mes sœurs, Daisy, la plus jeune, celle qui vivait en ville auparavant, quelques temps. Le temps qu’elle trouve un appartement. » Ouais, enfin, ça faisait déjà un petit moment, cela dit en passant. Et puis bon, elle aurait pu l’avoir celui-là, pas sûr qu’elle ait vraiment cherché. « Ou une coloc, je sais pas trop, en fait. Elle se fait discrète en ce moment, et je la vois plus tant que ça. » En fait, elle avait simplement l’impression de vivre avec un fantôme. Ses affaires étaient là, et trainaient parfois, mais elle ? Elle disparaissait la journée pour réapparaitre en soirée, voire la nuit. Parfois, elles ne se croisaient même pas. « Parfois, c’est comme si elle était pas là. Et y a d’autres moments où tu peux pas oublier sa présence. » Ouais, c’était bizarre, en fait. « Et toi aussi, j’imagine ? A moins que quelqu’un ne doive te rejoindre plus tard ? Un colocataire ? Un petit-ami ? » Et oui, elle l’avait dit à voix haute, et fit une petite grimace en le réalisant. « J’voulais pas être aussi indiscrète, excuse-moi, ça me regarde pas vraiment au final. » Elle haussa un peu les épaules avant de reprendre un pépitos, histoire de combler sa bouche et d’éviter de poser ce genre de question indiscrète une nouvelle fois, même si bon, l’espoir était minime. Il s’agissait de Holly, après tout. Miss Lagaffe, tel aurait pu être son surnom. Toujours mieux que Holly Crap, entre autres. « T'as des frères et soeurs, Jordan ? » Remarquez, c'était tout aussi indiscret... Mais bon, trop tard, encore une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Jordan Whitemint
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
PROFILMESSAGES : 34
INSCRIT LE : 10/05/2014
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : Emma Stone
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Heard you're new in town (jordan) Dim 20 Juil - 10:50

Et oui il y avait de quoi être abasourdie par les méthodes de recrutement de Monsieur Sebastian Hodges. Et Holly semblait tout à fait perplexe face au récit de l’autre rouquine sur la façon dont c’était passé son entretien d’embauche. Mais Jordan n’allait pas en faire tout un plat, elle avait le poste et une bonne paye ça ferait une ligne de plus sur son cv et une telle place la valoriserait. Pour le reste elle avait assez de force de caractère pour gérer… Du moins elle l’espérait. La jolie rousse avait répondu à sa voisine avec quelques haussements d’épaules, au final les tenants et les aboutissants elle ne les avait pas vraiment, pour se prononcer encore fallait-il qu’elle rencontre réellement son patron et ça ce ne serait que pour la semaine à venir. Chaque chose en son temps et l’heure était pour le moment au rangement, la prise de possession des lieux ainsi que son agencement. Bon se connaissant Jordan savait très bien que même si elle adoptait une certaine disposition pour ses meubles elle en changerait peut-être dans les jours à venir histoire de trouver la configuration qui lui convienne le mieux.
L’aide de sa nouvelle voisine de palier était précieuse, seule elle en aurait tu pour le double de temps à n’en pas douter… Surtout si elle s’était attelée elle même au rangement de ses nombreuses paires de chaussures. Pas de doute qu’elle aurait improvisé quelques essayages entre temps, un moyen comme un autre de se changer les idées pendant son dur labeur. Mais là pas de risque qu’elle se perde à transformer la séance de rangement en défilé de mode puisque c’était Holly la préposée aux chaussures. Cette jeune femme avait l’air d’une générosité sans limite, ce genre de fille qui donne beaucoup sans pour autant qu’on leur rende ne serait-ce que la moitié. Et Jordan ne voulait pas profiter de ces élans de générosité de l’autre rouquine si elle n’était pas certaine de pouvoir lui rendre la monnaie de sa pièce. Peu à peu toute cette proposition d’aide la mettait un peu mal à l’aise, d’autant plus quand elle lui fit une sorte d’éloge sur la façon dont on avait l’impression d’être tout de suite en confiance avec elle.

Sourire poli et petit hochement de tête plein de reconnaissance, c’était relativement rare mais Jordan ne savait plus vraiment où se mettre et replongeait alors de plus bel dans le rangement. Bon au moins elle ne serait pas à la dèche si ce soir elle n’avait aucune envie de se faire à manger, parce qu’en plus de cela la rousse n’avait aucune idée de qui appeler pour commander chinois ou indien ou même mexicain… ici à Bishopville ça n’était pas comme à San Francisco, tout n’était pas à proximité. Et elle gardait l’offre de Holly sous le coude, au cas où, même si pour l’instant elle ne voulait pas abuser de sa gentillesse. D’abord Jordan voulait au moins faire un peu plus sa connaissance, s’intéresser à elle et savoir un peu ce qu’elle faisait dans la vie. Visiblement la jeune femme était tout aussi passionnée par son boulot qu’elle était serviable et gentille avec les nouveaux arrivants de l’immeuble.
Consciente qu’elles avaient bien avancé et ne voulant pas passer pour une esclavagiste de congénère capillaire, la rouquine proposait à sa voisine de faire une pause et d’en profiter pour se réhydraté et grignoter un petit quelque chose. La remarque de Holly sur le choix de sa boisson fit rire Jordan « Je crois que c’est correct. De toute façon je n’ai pas de jus de carotte. » surenchérissait-elle en riant. Jordan quand a elle avait opté pour un coca, elle avait hésité avec une bière mais c’était dit qu’il était plus raisonnable de boire un soda que de l’alcool. Et puis ça donnait une meilleure image d’elle, puisque Holly avait choisi du jus d’orange et qu’elle paraissait plutôt sage d’un premier abord. Un paquet de pépito tout neuf était tout ce que la jeune femme avait pu trouver, ça ferait l’affaire pour ce petit encas improvisé.

Parler de la ville, de leurs boulot… ça c’était fait, Jordan s’aventurait alors sur un terrain un peu plus personnel en demandant à sa voisine si elle vivait seule. Bien sûr toutes les filles savent que ce genre de question c’est pour ne pas demander directement « est-ce que tu as un mec ? » et donc sous entendus : est-ce que cette fille va être une bonne copine avec qui aller faire la fête le week-end et pourquoi pas certain jour de la semaine ? A première vue Holly n’avait pas l’air d’être une fêtarde typique, mais peut-être cachait-elle tout simplement bien son jeu. Il ne faut pas se fier aux apparences, même si la première impression est souvent la bonne. Ok pour s’y retrouver là dedans il faut se lever de bonne heure, mais si les relations humaines étaient simples, ça se saurait non ? La rouquine n’étant pas du genre à y aller par quatre chemin, elle avait posé la question tout naturellement. Son interlocutrice semblait gênée pendant un très court instant avant de répondre presque aussitôt qu’elle vivait avec l’une de ses sœurs. Apparemment cette cohabitation temporaire avait un petit quelque chose de problématique. La dite sœur était une sorte de fantôme et Jordan voyait comme un peu d’inquiétude de la part de Holly. « Je comprends, c’est sans doute pas la situation idéale pour toi. Peut-être qu’elle cherche activement un appart… » ou alors que pour elle la situation lui convenait parfaitement.
C’était évident qu’en ayant posé la question Jordan aurait droit à ce que sa voisine la lui retourne. Sirotant son coca elle hochait la tête « Ouais j’ai ce grand et bel appart pour moi toute seule. » Encore une fois Holly s’excusait pour son indiscrétion, mais Jordan n’en avait pas vraiment vu « J’ai posé la question la première, c’est pas indiscret. » elle haussais les épaules « J’ai pas de mec à traumatiser en ce moment. » plaisantait-elle. Et puis Jordan sentait bien que l’autre rouquine était tout aussi curieuse que elle même pouvait l’être parfois… souvent en fait. Sa nouvelle question ne fit que confirmer son hypothèse, mais sur le sujet frère et sœur ça allait être très rapide « Non je suis fille unique. » voilà, affaire close. La petite fille à papa et maman, la petite princesse capricieuse à ses heures mais qui savait aussi très bien se débrouiller seule. « Pas de soucis de sœur fantôme qui squatterait mon appart au moins. » disait-elle en faisait un clin d’œil à Holly. Bon certes sa voisine vivait avec sa sœur mais peut-être était-elle en couple malgré tout, en fait c’était ça le vrai truc à savoir… Même si Jordan avait déjà sa petite idée sur la question « Tu vis avec ta sœur, mais t’as peut-être quelqu’un dans ta vie ? » et non la rouquine elle ne s’excuserait pas d’être indiscrète puisqu’elle n’avait pas l’impression de l’être… Pas plus que depuis le début de leur discussion en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MA PETITE VIE
PROFIL

MessageSujet: Re: Heard you're new in town (jordan)

Revenir en haut Aller en bas

Heard you're new in town (jordan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
can't hold us :: FLASHBACK & OTHERS :: flashback-
Sauter vers: