AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

HOLLY → come with me now

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Holly Cartwright
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
carnet de rumeurs
AGE DU PERSONNAGE: 27 ans
RELATIONSHIPS:
PROFILMESSAGES : 54
INSCRIT LE : 30/05/2014
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : karen gillan
STATUT MONÉTAIRE : dans les normes
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: HOLLY → come with me now Ven 4 Juil - 16:08

Holly Cartwright
En alignant les lettres, on obtient des mots.
Avec les mots, on fait des phrases,
puis des paragraphes, des chapitres. Les mots ont un pouvoir.


~ THIS IS WHO I AM ~

nom: Cartwright. prénom: Holly, et pas de second prénom au compteur. âge: vingt-sept ans. date et lieu de naissance: le 5 janvier 1987 à Bishopville. nationalité: américaine. métier/études: attachée de presse pour une maison d'édition. statut matrimoniale: rêveuse à plein temps, donc complètement célibataire.. statut monétaire: dans les normes. groupe: safe & sound.  ta chanson country fétiche: fake id - big & rich.

~ JUSTE MORE ABOUT YOU ~

Holly est une Madame tout le monde, c’est aussi simple que cela. Il ne lui est rien arrivé d’extravagant dans sa vie, et elle le vit bien. ✩ Elle est très intelligente et aime se cultiver, ce qui explique ses connaissances dans des domaines divers et variés. ✩ Rêveuse comme pas permis, la rouquine passe un temps fou à lire, surtout des romances qui lui donnent des papillons dans le ventre. C’est aussi pour cette raison que ses précédentes relations n’ont pas marché, parce qu’elle en attendait trop. ✩ La jeune femme s’attache beaucoup trop vite aux gens, et beaucoup trop fort. Ceci dit, elle est vraiment très sociable, a toujours le sourire aux lèvres et se montre toujours on ne peut plus optimiste et pétillante. ✩ Holly est aussi extrêmement maladroite et malchanceuse. S’il y a une galère à se taper, c’est pour elle. Elle est capable de se lever en trombe le matin en réalisant qu’elle est en retard, de se prendre les pieds dans le tapis et de s’étaler par terre. ✩ Elle a trois sœurs et les quatre demoiselles sont toutes rousses, ce qui leur a causé un certain nombre de surnoms ridicules, et elles ont connu pas mal de clichés quant à leur couleur de cheveux, et elle revendique sa couleur de cheveux, d’autant qu’elle n’en changerait pour rien au monde. La rouquine passe d’ailleurs un week-end sur deux chez Maureen, l’une de ses sœurs, et l’autre chez Grace, qui vivent à une heure et demie de Bishopville, tandis que sa petite sœur squatte son canapé suite à une rupture difficile, mais au fond, ça ne la dérange pas puisqu’elle tient beaucoup à ses sœurs. ✩ Elle aime énormément son métier d’attachée de presse et adore discuter avec les blogueurs à qui elle envoie les services presses. D’ailleurs, elle passe un temps fou sur leurs blogs. ✩ Elle rêverait d’écrire un roman, non pas pour la popularité ou quoi, mais parce qu’elle aime les romans d’un amour fou et que son imagination est toujours débordante, le truc, c’est qu’elle se considère uniquement comme lectrice et non comme auteure. Elle ne se donne pas non plus les moyens de réaliser son rêve parce qu’il lui fait un peu peur, dans un sens, et lorsqu’elle aligne deux phrases, le rendu ne lui plaît jamais. ✩ Lorsqu’elle monte un escalier, elle compte toujours le nombre de marches et c’est un tic qui l’exaspère énormément ✩ Elle raffole des bougies et surtout des Yankee Candle qu’elle collectionne quasiment ✩ Dans son appartement, il y a des livres partout, et de n’importe quel genre et aime flâner dans les librairies ou bibliothèques. D’ailleurs, vous la verrez toujours à un événement livresque, puisqu’elle ne raterait ça pour rien au monde. ✩ Elle a peur de ne jamais trouver chaussure à son pied, comme on dit, et de finir vieille fille avec  99 chats ✩ Holly aime un peu trop les comédies romantiques et quand son moral ne va pas fort, c’est cette option qu’elle choisit ✩ Holly aime l’épistolaire, et envoyer des lettres, ce qui se perd. Pourtant, elle ne compte plus le nombre de fois où elle en écrit, pour ceci ou pour cela. Si elle ne trouvait pas d’avantages aux téléphones portables, elle les aurait sûrement boycottés ✩ Si la jeune femme devait choisir une autre époque dans laquelle elle aurait aimé vivre, elle opterait sans nul doute pour celle des romans de Jane Austen ✩ Elle fait deux heures de route par jour pour aller bosser (aller-retour), mais ça ne la dérange pas du tout, au contraire. Holly aime cette heure pour aller bosser ou rentrer, où elle est seule dans sa voiture, décompresse, chante à tue-tête et compagnie.


~ CAN I HAVE A LITTLE STORY PLEASE ~

« Maman ? Tu me lis une histoire ? » déclara la fillette à peine installée dans son lit. Combien d’enfants avaient dit cette phrase au cours de leur enfance ? A fore, on ne comptait plus. Mais si la plus grande partie d’entre eux se délaissaient des histoires pour vivre dans le monde réel, ce n’était pas le cas de la petite Holly, qui grandiraient à travers elle et nourrirait sa passion au fil des ans. S’il y avait bien quelque chose qu’elle appréciait quand le moment du coucher arrivait, c’était ça. Les histoires que sa mère lui lisait. Ça lui permettait de s’endormir sereinement, de se laisser aller à imaginer la suite des aventures de tels ou tels personnages. Et son esprit vagabondait alors jusqu’à ce que la fatigue la gagne, ce qui ne tardait pas à arriver à cette époque. Parce qu’en tant que petite fille, on avait toujours des journées bien remplies, entre l’école, les devoirs, les amis et compagnie, ça bougeait tout le temps. Bref, tout ça pour dire que les histoires du soir, c’était vital pour Holly. Elle n’avait pas besoin de doudou à proprement parler puisque ces doudous étaient ces fameuses histoires racontées. Et elle n’était d’ailleurs pas la seule à y avoir droit puisque la mère de la rouquine vouait une passion pour la littérature, et la transmettait à ses filles. Il y avait d’abord Maureen, la plus âgée, puis Grace. Arrivait ensuite Holly, et récemment, la famille avait accueilli la petite Daisy. Quatre enfants, quatre filles, et quatre rouquines proches les unes des autres. Et cette petite famille unie et heureuse vivait sa vie comme tout un chacun, enchaînant les moments de bonheur, et les petites galères.

« Holly ! » Premier appel de la part de Maureen. « Holly ! » Second appel, et toujours aucune réponse. « Hooooooollyyyyyyy ! » Ce ne fut qu’après la troisième fois que la rouquine leva les yeux de son livre, un peu sonnée. Car sa lecture était tellement prenante qu’elle avait du mal à décrocher, et revenir au monde réel lui donnait toujours une drôle d’impression. Difficile de se déconnecté aussi facilement quand on vivait dans un autre monde à travers les mots. « On va être en retard ! » En retard ? Mais pour quoi donc ? La rouquine regarda l’heure, et essaya de se souvenir de la date du jour, avant d’écarquiller les yeux et de s’empresser de se lever après avoir pris soin d’insérer un marque-page dans sa lecture. Vendredi soir, rituel journalier, petit resto en famille, toujours à la même heure. Ah bah oui, là, il fallait qu’elle se bouge un peu. Et ni d’une ni de deux, elle s’activa. Parce que s’il y avait une chose qu’elle appréciait autant que la lecture, c’était bien sa famille, et chaque vendredi, ils passaient d’excellents moments autour d’une table, à rire, à parler de leur semaine plus en détail, de leurs projets pour le lendemain, et compagnie. Et bien sûr, comme à chaque fois, la famille passa une bonne soirée et rentrait déjà le sourire aux lèvres. Et qui disait week-end, disait aussi coucher un peu plus tard, ce qui réjouissait bien sûr la jeune fille qui pouvait soit reprendre sa lecture et se plonger à nouveau dans le monde très prenant qu’elle avait découvert soit dériver un peu. Et ses trois sœurs furent partantes pour la seconde option. Pour ce soir, ce serait donc jeu dans l’une de leur chambre. Les filles s’empressèrent de monter à l’étage et de se déguiser. Maureen était la princesse, parce qu’elle était l’aînée et imposait souvent à ses sœurs son choix. Grace jouerait le prince, parce qu’elle était toujours la seule à accepter de jouer les garçons. Daisy avait opté pour la petite fille innocente de chaque histoire. Parce que bon, elle était encore toute jeune. Holly, quant à elle, serait la méchante sorcière. C’était loin de convenir avec son caractère, mais elle aimait changer de peau, et justement, se mettre dans la tête de personnages divers et variés. « Au secours, au secours ! » commençait Maureen tandis que Holly lui courait après. « Oh non, tu ne m’échapperas pas, princesse ! » Intervenait alors la petite Daisy qui se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment. « Ne reste pas là, petite, suis-moi ! » continuait Maureen en prenant Daisy par la main, escaladant le lit en retroussant sa robe tandis que Holly était toujours derrière. Grace, quant à elle s’était cachée dans l’armoire, et lorsque son tour arriva, elle ouvrit la porte et en sortit enfin, épée en main. « Halte, sorcière, tu ne feras point de mal à la princesse ! » Et ainsi continua leur jeu pendant une bonne heure tandis que les quatre sœurs s’esclaffèrent un nombre de fois incalculable. Nul doute qu’elles réitéreraient leur jeu demain, avec une autre histoire, et en mettant leur parents à contribution. Un petit jeu de rôle dans le jardin par une belle journée d’été, que demander de mieux, après tout ?

« Raaah j’en ai marre ! » lâcha Grace en se laissant tomber sur le canapé, à côté de Holly, jusqu’alors plongée dans son livre. Celle-ci releva la tête et la tourna vers sa sœur. Ca faisait déjà quatre fois qu’elle faisait ce cirque et se laissait tomber en soupirant à côté d’elle. La rouquine ferma son livre et inspira profondément avant de répondre. « Bon, ok, elle parle de quoi ta dissert' ? » Et oui, Holly allait aider sa grande-sœur pour ses devoirs. Ça pouvait sembler assez paradoxal, mais Grace avait toujours du mal à aligner deux mots tandis que Holly adorait tellement les lettres et les langues qu’elle aidait toujours ses sœurs avec plaisir, plus âgées ou pas, d’ailleurs. Sauf qu’aujourd’hui, en ce week-end, elle avait espéré pouvoir y échapper parce que, voyez-vous, les aventures d’un pirate assez sexy lui plaisaient beaucoup, et… Ce n’était pas comparable à une dissertation, voilà tout. Mais bon, si elle pouvait aider sa sœur, elle le ferait. Et voilà que les deux rouquines allèrent s’installer à la table de la salle à manger pour plancher sur cette fameuse dissertation. Si Grace avait pourtant de bonnes idées, elle avait parfois du mal à tout trier, à lier le point A avec le point B, ce que Holly faisait avec facilité et fluidité. Ce fut après trois bonnes heures que Grace termina sa dissertation et que l’adolescente qu’était Holly pu retourner à sa lecture sur le canapé. Ou pas… Car à peine assise, ce fut Daisy qui débarqua. « Holly ? J’arrive pas à faire mon devoir… » Désespérant… L’adolescente soupira, mais à voir la tête de sa sœur, qui affichait une moue toute triste, avec des yeux digne du chat Potté de Shrek… Elle ne pouvait que craquer, vous comprenez… « A ce rythme là, j’vais vous demander de me payer. » déclara-t-elle en plaisantant tandis que Grace répliquait déjà. « Mais non, tu aimes ça, faire fonctionner ta matière grise. » Holly haussa les épaules, l’air de rien. Mais sa sœur marquait un point, elle adorait ça, et faire ses devoirs était à ses yeux une partie de plaisir. Oui, bon, elle était un peu bizarre, m’enfin… « Mais Daisy, on est dimanche et il est 18 heures, pourquoi tu t’y es pas prise plus tôt ? » « Pourquoi tu parles comme maman, d’abord ? Et puis, Grace a fait la même chose. » Croisant ses bras sur sa poitrine, Daisy prit un air boudeur tandis que l’adolescente se levait, livre fermé à la main et prit les devants dans l’escalier. Le point fort, dans tout ça, c’est qu’après, elle aurait fini, elle pourrait enfin continuer son livre. Maureen ne risquait pas de lui demander de l’aide, d’abord parce qu’elle était débrouillarde et qu’elle aimait faire les choses par elle-même, et ensuite, parce qu’elle était déjà à la fac, ne venant qu’un week-end sur deux leur rendre visite à Bishopville.

« T’as pas bientôt finit de le regarder comme ça, t’es pas discrète cocotte ! » Aussitôt, la rouquine esquissa une grimace. Cocotte. Elle détestait quand Tara l’appelait comme ça. C’était moche, quand même. Et puis, la langue regorgeait de bien d’autres possibilités de surnoms. Enfin, des plus beaux, parce que des moches, elle en avait un paquet. « Eh oh, Holly Crap, tu m’écoutes ? » Ah bah en voilà encore un. A cause de l’expression Holy crap, of course. Sauf que bon, elle ne l’avait jamais dit à sa meilleure amie, mais elle ne l’appréciait pas vraiment, ce surnom, même si c’était une plaisanterie. « Hein ? » Tara soupira en sur-jouant son agacement. « Arrête de baver comme ça devant Dave. » Dave, ou David de son prénom, était un lycéen tout ce qu’il y avait de plus charmant. Mais aussi ce qu’on appelle un bad boy. Les cours et ses études ? Il s’en moquait royalement. A vrai dire, c’était même un exploit si on pouvait l’apercevoir deux jours de suite au lycée. Le truc, c’est qu’il était vachement canon, il fallait dire ce qui était. Et puis bon, sa moto lui donnait un air à tomber par terre hein. Et ses yeux verts… Ralala ! Ouais, Holly fantasmait carrément. A l’opposé du jeune homme, elle s’imaginait ce que ce serait d’être sa petite-amie. Mais il ne s’intéressait pas à elle, et elle s’était faite une raison, avec le temps. Ce qui ne l’empêchait pas pour autant d’imaginer la chose et de se perdre dans ses rêveries. « Bah quoi ? Tu le trouves pas craquant ? » Tara fit mine de réfléchir alors que son visage répondait déjà à la question. « Si, mais bon, il faut prendre un numéro avec lui hein… Et puis, pourquoi tu craques toujours sur les mauvais garçons ? L’année dernière c’était Steven, jusqu’à ce qu’il déménage on ne sait où. » Oui bah ça, c’était une bonne question hein… La rouquine avait un penchant pour les mauvais garçons depuis toujours. « J’en sais rien. » Déjà en primaire, elle était tombée « amoureuse » de l’idiot qui écrasait toujours ses châteaux de sable et lui mettait du sac dans les vêtements. Avec le temps, ça avait été pire. Aussi bien dans la vraie vie que dans ses lectures. Elle aimait ce qu’ils cachaient en-dessous. Ouais, ça devait être pour ça. À cause de cette carapace qui cachait toujours quelque chose. Mais rassurez-vous, la demoiselle ne craquait pas QUE pour eux non plus. Ce qui était assez paradoxal c’était que, justement, elle aimait aussi beaucoup les garçons plus simples, plus doux et gentils, réservés. En fait, elle avait simplement ses périodes, et le fait que tel garçon lui fasse penser à tel personnage qu’elle adorait par-dessus tout ne l’aidait pas non plus. Enfin bon, elle était un peu bizarre Holly, elle vivait à moitié dans son monde et confondait fiction et réalité.

Le pire, après tout, c’était que Dave s’intéressait quand même à elle, qu’un beau jour, tout à coup, sans prévenir, il était venu lui parler alors qu’elle n’en avait pas cru ses yeux et pensait halluciner. Elle devait avoir eu l’air bien, ce fameux jour, totalement prise de court, à admirer ses yeux verts, son sourire en coin, ses cheveux toujours bien coiffés mais de façon assez négligée en même temps. Il lui avait proposé de sortir un soir, et elle avait dit oui, parce que bon, bah elle craquait complètement hein ! Une fois qu’il s’était éloigné et qu’elle l’avait vu tourner au bout du couloir, la rouquine avait même entamé une petite danse de la joie devant tout le monde. Rien à faire des autres, il fallait qu’elle laisse éclater sa joie, tant pis si elle se tapait la honte. D’ailleurs elle avait été excitée comme une puce jusqu’à ce fameux soir, qui s’était clôturé par un baiser, et en rentrant, elle avait foncé sur son téléphone pour téléphoner à Tara et tout lui raconter. Explosion de sentiment, et flot de paroles ininterrompues. Joie immense, et tout le tralala. Voilà ce à quoi cela avait ressemblé. Jusqu’au jour où. « Holly crap, faut qu’on parle ! » Quand sa meilleure amie lui disait ça, ça n’envisageait jamais rien de bon. JAMAIS ! « J’t’écoute… » dit-elle en s’asseyant, histoire de ne pas tomber sous le choc ou quoi. Mieux valait assurer ses arrières pour le coup. « J’ai vu Dave avec Jacinthe cette aprem, dans les gradins du stade, à… se rouler des pelles. » Ah bah voilà, elle avait bien fait de s’asseoir hein, parce que là, clairement, elle serait tombée en arrière. Bouche bée, l’information avait du mal à arriver jusqu’à son cerveau. Jacinthe… Quel prénom horrible, d’ailleurs ! « Mais… Mais… Elle a déjà un copain, non ? Pourquoi elle vient piquer le mec des autres ? » Deux semaines, voilà combien de temps la relation entre Holly et David avait duré jusqu’à ce fameux jour. En même temps, elle aurait dû s’en douter, dragueur et charmeur né, il passait plus de temps à discuter avec des dizaines de filles qu’avec elle. Mais Holly était comme ça, elle voulait y croire, se dire qu’il était encore trop tôt pour qu’il réalise combien elle était géniale et combien il l’aimait. Ouais, enfin, elle s’était plantée en beauté hein. La rouquine se leva, larmes aux yeux. « Où est-ce que tu vas ? » « Je vais rentrer, pleurer et retrouver l’homme de ma vie, Jack Dawson. » Oui bah oui, forcément, fleure bleue puissance mille, romantique à souhait, elle ne pouvait qu’aimer regarder Titanic, encore et encore. Ralala, les adolescentes sensibles avaient le don de se torturer encore plus en regardant ce genre de film… « Je passe te voir demain ? » « Non, je vais passer mon week-end à le maudire de m’avoir brisé le cœur. On se voit lundi. » Le pire, c’était qu’elle était sérieuse, Holly. Et elle ne s’en cachait pas le moins du monde, parce qu’elle était comme ça, naturelle et très sensible. Un peu maso aussi, au fond, mais bon, ça lui passerait sûrement hein !


~ ME, BEHIND THE SCREEN ~
pseudo: burning candles. - prénom: Anne-So - âge: toujours vingt-et-un pour l'instant. - pays: bah j'ai pas bougé hein.  - comment êtes-vous arrivez ici: m'en souviens plus, faut aller voir du côté de Nalou. crédits de la fiche (avatars & gifs): tumblr pour les gifs, et c'est écrit dessus pour l'avatar. - petit mot de la fin: me suis trompée pour les surnoms pourris Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Holly Cartwright
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
carnet de rumeurs
AGE DU PERSONNAGE: 27 ans
RELATIONSHIPS:
PROFILMESSAGES : 54
INSCRIT LE : 30/05/2014
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : karen gillan
STATUT MONÉTAIRE : dans les normes
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOLLY → come with me now Ven 4 Juil - 16:08


Et voilà que le temps avait passé, que son cœur avait cicatrisé pour se faire briser une nouvelle fois, puis cicatriser encore, et se briser. Bref, une vie normale quoi, avec des histoires d’amour de temps en temps, qui duraient plus ou moins longtemps tandis qu’elle continuait son bout de chemin, qu’elle finissait ses études et tout ça. Mais s’étaient soldées de la même manière : un échec. Elle avait parfois même du mal à comprendre pourquoi, elle qui se sentait bien avec tel ou tel jeune homme, l’imaginait même la demander en mariage, se demandant déjà combien d’enfants il voulait, combien elle en voulait elle-même. Oui, bon, c’était Holly hein, elle ne changerait pas. Et ses études littéraires ne l’aidèrent pas non plus à se calmer, à dissocier réalité et fiction. Enfin bon, l’heure était venue pour la rousse de se préparer pour le dîner mensuel de famille. Si plus jeune cette perspective la réjouissait, avec l’âge elle voyait la chose un peu autrement. Oh, bien sûr, elle était ravie de retrouver ses deux sœurs aînées qui avaient quitté le cocon familial depuis belle lurette et vivaient chacune à une heure et demie de Bishopville, mais le truc, c’était que Maureen venait de se fiancer et… Elle savait déjà que sa sœur parlerait sans cesse de son copain parfait, de leurs fiançailles en racontant pour la énième fois comment il avait fait sa demande, parlerait de l’organisation du mariage, pour finir par faire le tour de la tablée et demander à ses trois sœurs où elle en étaient dans leur vie amoureuse. Et le mois dernier, Holly filait la parfaite histoire d’amour avec Joshua. Ce qui n’était plus le cas aujourd’hui. Alors forcément, elle devrait expliquer comment il l’avait quitté, combien elle avait été conne d’espérer quelque chose qui n’était pas venu. Parce qu’elle s’était dit qu’en lui mettant un peu la pression, ils pourraient peut-être passer à l’étape suivante… Mais non, il avait fait le contraire et l’avait larguée. Ce n’était pas la première fois, elle avait l’habitude, en fin de compte. « Alors, Holly, et toi, comment ça va avec… » Et voilà, Maureen entamait déjà la discussion. Ce n’était pas méchant de sa part, mais juste un peu maladroit. « Peter ? Ou attend… Julian, non ? » embraya Grace. « Peter ? C’est lequel celui-là ? L’accro à la caféine ou aux jeux vidéo ? » « Ah non… Je pensais que c’était celui qui détestait lire ? » « Non, ça c’était Jeremy… Enfin, je crois. » Et voilà que ses sœurs parlaient de sa vie amoureuse comme si elle n’était pas là. Heureusement pour elle, ses parents n’avaient pipés mot et sa mère lui lançait un regard compatissant. « Oui, bon, ma vie amoureuse est une catastrophe, et alors ? Et Il n’y a jamais eu de Julian. » Pour l’instant en tout cas. « Peter détestait lire, et Jeremy jouait trop aux jeux vidéo. Le dernier en date, c’était Joshua, qui m’a larguée, voilà, end of the story. » Et la rouquine conclut en se remettant à manger et à mâcher rapidement, mal à l’aise.

Une fois ses études terminées, la rouquine chercha du travail, et si ses premiers entretient ne s’étaient pas terminés positivement, elle ne perdait pour autant pas espoir. D’ailleurs, Holly avait rendez-vous dans une ville à une heure de route de Bishopville pour un entretien, aujourd’hui, et elle partait positive. Ayant pris le temps de se lisser les cheveux et de vêtir une tenue appropriée, elle se regardait dans le miroir en faisant un petit speech. « Tu peux le faire et tu vas décrocher ce boulot, parce que c’est le boulot de tes rêves, que tu es motivée et compétente, et surtout passionnée ! » Ne restait plus qu’à se mettre en route. Ce qu’elle ne tarda pas à faire, d’ailleurs. Une heure de route pour y aller, une heure pour rentrer, ça lui faisait une trotte, mais le jeu en valait la chandelle. Manque de bol, arrivée en plein centre-ville, elle réalisa que c’était bondé et ne trouva pas la moindre place pour se garer. Aussi, dès qu’elle en trouva une au bout d’un bon quart d’heure, elle n’hésita pas. Le problème, à présent, c’était qu’elle ne connaissait pas du tout la ville… Comme quoi, elle avait bien fait de partir en avance pour faire du repérage. Et puis, elle se connaissait, la rouquine hein… En sortant de sa voiture, l’horodateur lui bouffa sa monnaie, mais elle ne se laissa pas décourager. Sauf que d’un seul coup, il se mit à pleuvoir des trombes et elle fut rapidement trempée. Une rafale de vent emporta son écharpe et elle se mit aussitôt à lui courir après pour la rattraper. Sauf que sa belle écharpe blanche finit par atterrir dans une belle flaque de boue, lui offrant une seconde vie, et surtout une seconde couleur... Elle courrait encore les quelques mètres qui la séparait de son écharpe avant de se tordre la cheville et de casser son talon. « Génial… » lâcha-t-elle après avoir récupéré son bien, et en s’adossant à un mur pour se masser la cheville quelques instants. Bon, avec tout ça, il fallait encore qu’elle se repère et qu’elle trouve la maison d’édition où on l’attendait dans… Une demi-heure ! Holly demanda donc de l’aide à un passant qui lui indiqua la direction à prendre et le remercia avant de se mettre en route, à pied, un talon cassé. Au bout d’un quart d’heure, alors qu’elle était censée être arrivée à destination, elle réalisa qu’elle n’était pas du tout au bon endroit et interpella un autre passant qui l’envoya dans la direction opposée… Heureusement pour elle, ce fut la bonne direction, cette fois, et c’est dans un état pitoyable, trempée jusqu’aux os, les cheveux en bataille et bouclant n’importe comment, un talon cassé, une écharpe rebaptisée, et le mascara tout dégoulinant qu’elle dû se présenter à l’accueil avant de pouvoir passer son entretien. Bon, vu sa présentation, c’était mort, mais elle donna tout de même le meilleur d’elle-même, pour ne pas se taper complètement l’affiche. « Mademoiselle Cartwright… » commença le directeur de la maison d’édition avant de marquer une pause. Holly soupira avant de prendre la parole. « Ne vous embêtez pas, pas besoin de prendre des pincettes. C’aurait été un exploit que vous m’acceptiez pour compter parmi vos rangs. » Elle se leva, et lui tendit la main en souriant. « J’ai tout de même été ravie de vous rencontrer et d’avoir cette opportunité. Je vous remercie du temps que vous m’avez accordé. » L’homme se mit à rire avant de se lever à son tour. « Je vous aime bien, vous savez ? » Ahhh ? Parce qu’elle avait l’air d’un clown ? Ouais, possible. « On se voit lundi ? » Lundi ? Pourquoi ? « Euh… Je ne comprends pas ! » Un sourire s’afficha sur le visage du directeur. « Vous correspondez parfaitement au profil et malgré les difficultés que vous avez vraisemblablement rencontrées aujourd’hui, vous ne vous êtes pas laissée démonter. Nous avons besoin de personnes comme vous, capable de gérer le stress que le monde de l’édition représente, ayant une bonne présentation, et étant surtout passionnée. » Ah bah ça alors… Elle était prise !

« I had a dream so big and loud, I jump so high I touched the cloud, oh oh oh oh oh oooohooo ! » Voilà ce que la rouquine chantait à tue-tête tandis qu’elle se rendait chez Grace ce week-end. La semaine dernière, elle avait rendu visite à Maureen, et cette fois, c’était autour de Grace, qui vivait en concubinage depuis quelques temps maintenant avec… Stewart. Ouais, le prénom était loin d’être des plus sexy, mais soit. Et puis, ils étaient heureux alors tant mieux. Holly continuait de chanter en bougeant la tête en rythme. Ne lui restait plus qu’une dizaine de minutes avant d’arriver et elle comptait bien en profiter un peu. Parce que bon, passez un week-end entier avec un couple, ça pouvait être un peu déprimant à la fin. Le pire, c’était quand elle allait chez Maureen qui était donc mariée et avait déjà deux enfants. Bon, à trente-cinq ans, en même temps… Enfin bref ! Lorsqu’elle gara la voiture, elle attendit cinq minutes que la nouvelle chanson qui passait soit terminée avant de sortir et de prendre sa valise. Au programme ce week-end… Ah bah tiens, en fait, elle ne savait pas ce qu’ils allaient faire. M’enfin, ça lui importait peu, au final. Le soir, au dîner, elle appréhendait toujours un peu les discussions abordées. Autant dans la journée, il s’agissait plutôt de conversations légères, autant en soirée c’était une autre histoire. « Et ton boulot, ça se passe bien ? » Ah bah parler boulot, pas de souci ! Au contraire, elle adorait ça ! « On a accueilli une stagiaire cette semaine et c’est moi qui l’encadre. Ça me plaît bien je dois dire, et puis, je l’aime bien, elle est douce et gentille. » Grace et son compagnon hochèrent la tête en même temps, ce qui fit sourire la rouquine, rêvant toujours d’une telle complicité avec un homme. « Tant mieux. Et tu fais quoi déjà ? » Sympa… M’enfin, elle n’était jamais entrée dans les détails non plus vu que sa sœur s’était petit à petit détachée de la littérature pour se lancer dans la médecine. Rien à voir, nous sommes d’accord. « Et bien, je m’occupe de la presse, des coups de pub pour les livres à sortir si tu préfères. Auprès des journalistes, des libraires, des blogueurs. » « Des blogueurs tu dis ? » « Oui, on ne se rend pas toujours compte mais de nos jours ils ont un impact important sur les acheteurs et les gens qui suivent leurs blogs sont plus enclins à se laisser tenter par un livre qu’ils ont aimé. » Grace hocha la tête d’un air absent. Ca sentait le coup de massue à arriver. « C’est quand même fou que tu arrives à garder ton travail mais pas un homme… Encore plus que tu t’investisses autant dans ton boulot et pas dans la recherche sérieuse d’un compagnon. » Ah bah voilà, quand on en parlait hein… « Chaque chose en son temps, ça arrivera un jour ou l’autre. » « Enfin, en attendant, même Daisy a une relation plus sérieuse que la tienne. » Ca, c’était parce qu’elle ne connaissait pas toute l’histoire et était loin de se douter que le mec de Daisy était en fait marié à une autre… Enfin bon, elle laissait couler, ça n’en valait plus la peine.

Holly était en train de regarder une vidéo d’une « Youtubeuse » qu’elle appréciait énormément et qui parlait toujours avec entrain et justesse des romans qu’elle lisait. Autrement dit, il s’agissait là d’une demoiselle qui tenait un blog et qui en plus de ses chroniques et de la tenue de son blog avait décidé de créer une chaîne Youtube ou parler naturellement et ouvertement de ses lectures, de ses achats livresques etc… Elle se mit à sourire lorsque la jeune femme la cita en la remerciant pour l’envoie du dernier service presse et de sa disponibilité, de leurs conversations toujours mouvementées par mail. C’était assez gratifiant, il fallait l’avouer. Ne restait plus qu’à espérer que la demoiselle allait apprécier sa lecture autant que Holly le lui avait assuré, connaissant son genre de lecture, au fil du temps. Elle en était là lorsque la sonnette retentit. Après avoir mit pause, elle se leva et alla ouvrir pour découvrir sa petite sœur en larmes, deux sacs à la main. « Daisy ? Qu’est-ce qui se passe ? » Mais la jeune femme n’arrivait tout bonnement pas à articuler le moindre mot, aussi, sa grande sœur la laissa entrer et alla lui préparer un chocolat chaud pour la réconforter un peu, attendant qu’elle soit prête à parler. « C’est ce crétin… » Ah ouais, le mec marié avec qui elle sortait plus ou moins. Enfin, avec qui elle avait une aventure quoi. « Il a dit qu’il la quitterait, Holly. Il l’a juré en me regardant dans les yeux ! » Et il ne l’avait pas fait, d’où ces larmes… « Je suis désolée petite sœur… Tu sais, c’est toujours compliqué les histoires d’amour… » Et elle parlait par expérience. « En fait, il en a jamais eu l’intention ! Il se foutait royalement de ma gueule ! » Aïe, ça, ça faisait doublement mal… Holly encercla sa sœur dans ses bras pour l’étreindre et lui caresser les cheveux. « Ça va aller Daisy, tu vas t’en remettre. » Enfin, elle l’espérait, en tout cas. « Mais… Pourquoi t’es venu avec des sacs ? » demanda-t-elle après les avoir revu et en fronçant les sourcils. Daisy releva la tête, les yeux toujours emplis de larmes. « Bah… mon colloc m’a viré. Il en pouvait plus de m’entendre pleurer comme une demeurée… Enfin, c’est ce qu’il m’a dit. » La chance ne souriait pas vraiment à Daisy en ce moment, et Holly ne put que grimacer. « Est-ce que je peux… » « Oui, tu peux rester là jusqu’à ce que tu aies trouvé une solution. » La plus jeune des Cartwright esquissa alors un sourire sincère, un sourire pour la remercier parce qu’elle n’avait plus la force de parler à cet instant. « J’te laisse choisir la comédie romantique qu’on va regarder et je vais chercher la glace, ok ? » En guise de réponse, Daisy hochait déjà la tête. Si les deux aînées de la famille avaient eu la chance de trouver l’amour sans trop de mal, si tout leur avait un peu mangé dans la main, ce n’était pas vraiment le cas des deux dernières. Mais elles se serreraient les pouces. Et Holly accueillerait sa sœur avec plaisir jusqu’à ce que tout finisse par rentrer dans l’ordre. Oh, bien sûr, elle était loin de s’imaginer que sa sœur aurait besoin d’autant de temps pour remonter la pente et que ça lui conviendrait apparemment à merveille de squatter son canapé. Enfin bon, voilà où elle en était au jour d’aujourd’hui.
Revenir en haut Aller en bas
Morgan Summers
GOOD GIRL GONE BAD
avatar
MA PETITE VIE
carnet de rumeurs
AGE DU PERSONNAGE: trente ans.
RELATIONSHIPS:
PROFILMESSAGES : 2634
INSCRIT LE : 01/11/2013
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : jamie dornan, le sublime christian grey.
STATUT MONÉTAIRE : aisée, son salaire lui suffit amplement.
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOLLY → come with me now Sam 5 Juil - 11:35

REEE

_________________

    ✳ JUST THE WAY YOU ARE Il y aura toujours quelque chose pour détruire nos vies. La seule question est : « qu’est-ce qui va nous tomber dessus en premier ? ». On est toujours au bord du gouffre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MA PETITE VIE
PROFIL

MessageSujet: Re: HOLLY → come with me now

Revenir en haut Aller en bas

HOLLY → come with me now

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
can't hold us :: PART TWO :: présentations :: validés-
Sauter vers: