AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

(ethan) love à l'envers ça fait vélo. j'ai toujours dis que l'amour c'était un truc de pédale.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Ethan Berkeley
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
PROFILMESSAGES : 61
INSCRIT LE : 20/11/2013
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : louis (fucking hot) tomlinson.
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: (ethan) love à l'envers ça fait vélo. j'ai toujours dis que l'amour c'était un truc de pédale. Jeu 21 Nov - 20:32

let's get fucking freaky now
ethan, berkeley

nom: berkeley, le GRAND nom de mon père, comme il aime à le répéter. d'ailleurs, je n'aime pas vraiment porter ce prénom. qu'on m'assimile à ce genre de famille ne m'intéresse pas. prénom: ethan. j'aurais pu hériter de pire, on va dire que je ne m'en sort pas trop mal. ç'aurait pu être anatole ou jean-louis. âge: vingt et un ans et toutes mes dents resplendissantes de blancheur (rpz colgate). date et lieu de naissance: je suis né le 25 juillet à bishopville. étonnement pour un mois d"été, il pleuvait des cordes ce jour-là si vous voulez tout savoir, et je ne saurais vous dire si j'ai su illuminer la journée de mes parents lorsque j'ai pointé le bout de mon petit nez. ma mère sûrement, mais pour le reste, rien n'est moins sûr. nationalité: américaine. j'aurais aimé vous dire que j'avais des origines super sexy, mais ce n'est malheureusement pas le cas. sad life.   métier/études: après maintes et maintes tentatives, un petit journal régional a accepté d'accorder un espace minime - mais c'est déjà ça - à mes dessins et caricatures. ce n'est pas grand chose, et la plupart des gens passent sûrement à côté, mais ça me suffit et ça me fait un peu d'argent. statut matrimoniale: célibataire endurci officiellement, mais officieusement en couple et éperdument amoureux. j'ignore encore si c'est une bonne chose ou non d'être aussi dépendant de quelqu'un, mais pour le moment, je ne changerais ça pour rien au monde. statut monétaire: je viens d'un milieu aisé, notamment grâce à mon père qui est un grand avocat de renom. ceci étant, je fais mon maximum pour ne pas vivre à leurs crochets. et puis, il faut avouer que je fais franchement tache dans le décor ; pour quelqu'un de non-averti, ça peut faire un choc d'apprendre que je suis son fils. bon, je ne suis pas un clochard... mais presque.   groupe: dark horse. ça te plaît, hein ?    ta chanson country fétiche: online de brad pesley. je ne suis pourtant pas un geek pur et dur, mais bref. ce doit être la seule chanson que j'écoute de ce répertoire.


Il ne savait pas vraiment qu'il était gay avant que ses sentiments pour Maël n'évoluent. D'ailleurs, avant lui, il n'est sorti qu'avec des filles. + Ses parents ne sont pas au courant de son orientation sexuelle, et pour cause, son père est homophobe. + Son frère a deviné la relation qu'il entretenait avec Maël et il en profite, car il sait qu'avec ça, il le tient. + Il est capable de dormir à n'importe quel moment de la journée dans n'importe quelle position avec n'importe quel niveau sonore. + Il est passionné de dessin. A défaut d'avoir un journal intime, il dessine, et ses dessins représentent ce qu'il ressent la plupart du temps. + Il n'aime pas que l'on fouille dans ses dessins car la plupart de ces derniers sont très intimes et personnels. + Il n'aime pas les émissions de télé réalité stupides mais regarde encore les dessins-animés parfois. + Il n'est pas du genre à exprimer facilement ses sentiments, mais lorsqu'il aime réellement quelqu'un, il peut devenir très démonstratif et très tactile, ce qui pose forcément problème quand on doit vivre une relation cachée comme lui.
ft louis tomlinson n @moi-même.


En ce jour, j'ai une histoire, connait là.
~ GONNA MAKE THIS PLACE HOME ~

Je n'avais pas eu une enfance difficile en soi. Disons simplement que je n'avais pas été épargné, à part peut-être par l'amour paternel. En tant que petit garçon, c'était pourtant ce dont j'aurais eu le plus besoin, je crois. Néanmoins, je n'avais jamais manqué de l'affection de ma mère. Au final, peut-être était-ce la meilleure des choses. Du moins, je ne réclamais rien de plus. Je n'avais jamais été comme tous les autres garçons, et encore moins comme mon grand frère Fabian qui, lui, ne manquait pas de suivre pas à pas le chemin que mon père avait emprunté tout au long de sa vie, et il fallait dire qu'il était amplement satisfait ainsi. C'était sans aucun doute la raison pour laquelle ce cher Mr. Berkeley, grand avocat de renom (et ce, bien avant d'être un père) avait toujours clairement affiché sa préférence pour mon frère, sans aucun scrupule.
« Heureusement que ton frère ne passe pas le plus clair de son temps à me faire honte, lui. » Combien de fois avais-je pu entendre ce genre de remarque ? Je mentirais en affirmant que cela ne me touchait pas, mais disons que j'avais réussi à m'y habituer au fil du temps. Vous savez, c'est comme tout. Comme le goût d'oignon immonde qui vous reste dans la bouche des heures durant, mais auquel on ne prête presque plus aucune intention depuis qu'on a pris le pli. Ce n'est qu'une sorte de rodage à acquérir. De toute façon, je ne m'étais jamais attendu à recevoir autant d'affection que mon père en donnait à Fabian. Non pas que je n'en avais pas eu le souhait, au contraire, mais j'étais une personne lucide. L'intérêt qu'ils se portaient mutuellement était tel qu'il n'y avait tout simplement aucune place de plus, ni pour moi, ni même pour ma mère. Je ne m'étais toutefois jamais plaint de cette situation, car j'avais pu garder ma mère pour moi tout seul. C'était touours ce que je m'étais dit, naïvement, dans ma petite tête d'enfant. Je m'étais toujours senti mieux aux côtés de ma mère, et aussi loin que je m'en souvienne, elle a toujours été la seule à me soutenir dans n'importe quelle situation. A cet âge, j'ignorais encore ce à quoi j'aspirais, ce que j'avais envie de faire pour le reste de ma vie, ce pour quoi j'étais fait... mais ce que je savais, c'était ce que je ne voulais pas pour mon futur, proche ou éloigné.
« J'veux pas devenir comme toi moi. Il y a déjà assez de Fabian, on n'a pas besoin d'être deux copies conformes de toi-même ». J'avais lâché cette phrase sans trop réfléchir. Ma spontanéité était un de mes nombreux traits de caractère qui m'avaient souvent joué des tours. La lueur encore inconnue que je vis passer dans les yeux de mon père me fit tressaillir. A en juger par ce que je connaissais déjà de lui, ce n'était pas de la déception cette fois, ni même de la colère. Il n'y avait même aucune surprise dans son regard. C'était comme si il s'était toujours attendu à ça. « Non, en effet. Je n'ai pas besoin de toi pour jouer ce rôle. », avait-il confirmé d'un ton qui me glaça le sang. Je n'eus pas besoin de tergiverser durant des heures pour comprendre que derrière cette simple déclaration se cachait le sous-entendu que je ne connaissais que trop bien : il avait mon frère pour lui assurer tout ce qu'il souhaitait de la part d'un fils, aucune autre pâle copie n'était nécessaire. Cette fois pourtant, je ne fus pas blessé. Je savais qu'au fond je n'étais pas fait pour ça. J'étais plus volage. Je n'avais pas la prétention de dire que j'étais un artiste dans l'âme, mais déjà à cette époque, j'avais besoin de tout ça : un brin d'imprévu, de rêve, d'échappée et une bonne dose de liberté.

Ce genre de grands repas familiaux, je détestais ça. C'était toujours beaucoup trop solennel pour ce que c'était. A seulement quinze ans, je n'avais pas mon mot à dire. Aussi, je me contentais chaque fois d'être physiquement présent, mais mentalement ailleurs. J'avais pris l'habitude de dissimuler mon téléphone portable à l'intérieur de mes manches, portable que je ressortais aussi régulièrement que discrètement sous la table pour envoyer quelques messages. J'aurais donné n'importe quoi pour être de l'autre côté de mon téléphone, là où était Maël, mon meilleur ami. Les incessants coups d’œil à la fois doux mais désapprobateurs que me lançait ma mère me firent deviner que je n'était visiblement pas aussi discret que j'aurais souhaité l'être, mais à la seconde où je me promis intérieurement de calmer la cadence, je ne pus m'empêcher de m'y remettre aussitôt. Étrangement, parler à Maël n'était plus une envie, c'était devenu comme un besoin.  C'était une idée à laquelle j'avais moi-même du mal à me faire, mais cela n'effaçait pas pour autant la véracité de la chose. De toute façon, les adultes qui étaient présents autour de cette grande table étaient bien trop occupés à discuter de choses qui ne m'intéressaient pas pour s'occuper de ce que je faisais de mes dix doigts. Cependant, j'avais beau être absorbé par les messages que j’échangeais avec Maël, ma curiosité maladive me poussait toujours à laisser traîner une oreille, sans même que je ne m'en rende compte. Et ce fut une certaine phrase prononcée par mon père qui me fit subitement abandonner toute activité, comme si je venais de recevoir un électrochoc. « Alors, il paraît que Dan a déshérité son fils. Il a appris que c'était un petit pd. » Le rire mesquin qui vint conclure ses propos me fis presque froid dans le dos. Ma famille était-elle donc homophobe au point d'ôter un quelconque héritage à leur propre fils pour peu qu'il soit homosexuel ? C'était ce genre d'étroitesse d'esprit qui m'exaspérait plus que cela m'étonnait. Je ressentais comme une sorte de dégout, incapable de concevoir qu'à notre époque, quelqu'un soit encore capable de penser de cette manière, et encore moins s'il s'agissait de mon père. Je le savais très conservateur et fermement attaché à ses principes, mais j'avais toujours ignoré à quoi se rapportaient ces derniers. « Et toi Ethan, c'est avec ta petite amie que tu discutes comme ça, sans arrêt ? » me questionna mon oncle sans même que je m'y attende. Aïe. Pris de cours, le lâchai bêtement mon portable sur mes genoux, comme pour démentir ses propos, mais il était évident que tout le monde avait remarqué mon petit manège sous la table. « Non. » répondis-je aussi simplement que bêtement en plantant mon regard dans le sien. « Je n'ai pas de copine. » conclus-je, priant pour que cette conversation s'arrête là. J'étais toujours mal à l'aise lorsque que l'on s'aventurait sur ce terrain. Je n'aimais pas parler de moi, et encore moins de mes relations amoureuses. Avec l'humour que je lui connaissais bien, mon oncle déclara alors qu'il était temps pour mes parents de faire le maximum pour me trouver quelqu'un parce que "c'était l'âge", s'était-il justifié. « Mais encore faudrait-il qu'il soit intéressé... » La voix de mon frère attira mon attention, mais sûrement pas autant que le ton empli de sous-entendus qu'il avait employé, à mon grand étonnement. Furtivement, mon regard croisa le sien. « Evidemment qu'il l'est ! A quinze ans, il doit avoir les hormones en ébullition ce petit, nous sommes tous passés par là ! » « Sûrement. » enchaîna Fabian avant même que je n'aie le temps de riposter. « Mais je doute que son cas soit comparable au notre. » Un sourire satisfait vint étirer ses lèvres d'une manière tellement agaçante, presque irritante. Je dus serrer les dents pour ne pas me laisser emporter par mes émotions. J'ignorais ce qu'il essayait de me dire, mais pour être honnête, je n'avais aucun envie de le savoir. Afin de couper cours à cette discussion qui n'en était pas vraiment une finalement, je me levai de ma chaise, prétextant que j'avais besoin d'aller aux toilettes. C'est ainsi que je quittai la table avant d'aller m'enfermer dans ma chambre pour le reste de la soirée.

L'une de mes mais s'était naturellement mêlée aux boucles de ses cheveux d'un mouvement à la fois tendre et assuré tandis que ses lèvres s'étaient liées aux miennes dans un baiser doux et chaud. Maël. Moi. Notre premier baiser, et rien autour. Absolument rien. La légère bise qui venait caresser nos visages était fraîche mais je ne la sentais pas.
FLASHBACK - Madison. Madison je ne sais plus trop comment d'ailleurs. C'était cette fille dont tous les garçons étaient fous. Et c'était précisément cette même fille qui m'avait offert mon tout premier baiser devant la porte des toilettes du collège. C'était plein de fougue, d'ardeur, de véhémence, de frénésie. C'était... dégoutant. A mon âge, tout ce que je m'imaginais de l'amour, c'était un bref bisou plaqué sur les lèvres de l'autre, et c'est tout. Autant dire que j'avais été surpris par la ferveur de la blondinette qui n'avait pas hésité à fourrer sa langue dans ma bouche. Excepté sa bave qui s'était mélangée à la mienne (chose plus traumatisante que romantique), je n'avais absolument rien ressenti de ce qu'on disait de l'amour dans les livres ou à la télévision. Les picotements dans le ventre, ce sentiment de plénitude... Rien de tout ça. Depuis, chacun de mes baisers a été aussi insignifiant que chacune de mes relations, mais j'en étais naïvement venu à croire que c'était moi le problème. Que peut-être j'étais tout simplement un insensible sans cœur qui resterait toujours imperméable à l'amour. Et c'est probablement la raison pour laquelle j'avais continué à sortir avec quelques filles par-ci par-là, sans même avoir compris ce qui se cachait sous ce que l'on appelait communément "l'amour". - FIN DU FLASHBACK.
Ça y est, je les sentais enfin. Ces frétillements à l'intérieur de mon ventre, comme des millions de petits papillons attirés par la lumière. Mon estomac se tordait, mais étrangement, j'aimais ça. A cet instant instant précis, je ne m'étais jamais senti aussi bien. En l'espace de quelques secondes, nous étions passés de meilleurs amis à... à quoi d'ailleurs ? J'ignorais totalement la signification de ce baiser. Sous-entendait-il que nous étions désormais un couple ? Ou quelque chose d'autre dans ce genre ? J'étais incapable de mettre un nom sur ça. Sur nous. La seule chose que je savais, c'était que je l'aimais, et que le baiser que Maël venait tout juste de m'offrir me poussait à croire que la réciproque était également vraie. L'amour n'était pas qu'une stupide invention. C'était bien réel.

Je marchais en direction du lac. Maël et moi nous rejoignions souvent à cet endroit. C'était assez isolé et c'était assez simple de trouver un petit coin tranquille, loin des yeux indiscrets. Nous retrouver ici était une sorte d'échappatoire personnel. Et j'aimais vraiment ça. Un sourire presque niais sur les lèvres, je m'avançais d'un pas déterminé, parce que je savais qu'il ne se trouvait plus qu'à quelques mètres. « Eh la pédale, qu'est-ce que tu viens faire par ici ? » Je n'avais pas vu la personne qui avait craché ces mots avec autant de dédain que j'en avais pour les homophobes de son espèce, mais je savais pertinemment que c'était à moi qu'il s'adressait. Je n'avais toutefois rien à dire à ce genre d'énergumène, et me contentai de presser davantage le pas. « Laisse-le, il a peut-être un rendez-vous galant avec son copain. » Cette voix... celle-ci, je la connaissais. Je ne la connaissais que trop bien, même. J'eus à peine le temps de lever le regard vers mon frère que celui-ci m'attrapa fermement par le bras pour m'emmener légèrement à l'écart, de façon à ce que son ami ne nous entende pas. « A quoi tu joues Fabian ? » « A quoi je joue, moi ? » me demanda-t-il pour toute réponse en concluant ses propos d'un rire grinçant qui me fit presque froid dans le dos. « La question, c'est plutôt à quoi tu joues, toi ? Tu t'éclates bien avec Maël, ça va ? C'est comment de baiser avec un mec, hein ? » A la façon dont il me parlait, je pouvais ressentir à quel point il me méprisait. Il avait toujours été condescendant avec moi, c'est vrai, mais cette fois, il y avait comme quelque chose de plus. « Mais qu'est-ce que tu racontes ?... » « Ce que je raconte c'est que je me demande bien comment va régir papa quand il va apprendre que son fils cadet est gay comme un phoque. » Mon sang ne fis qu'un tour. Machinalement, mes poings se resserraient, sûrement pour contenir la colère qui bouillait en moi. « Arrête putain Fabian, déconne pas. Tu sais très bien que s'il le sait il... » « Je sais parfaitement ce qu'il va se passer s'il le sait, oui... » Lorsque son regard vint enfin se planter dans le mien, je ne sus quoi dire de plus. Comment une relation fraternelle pouvait être un tel désastre ? D'un autre côté, il fallait que je me rende à l'évidence : j'étais rodé. Ma famille entière était un désastre, et nos relations avec. « Lâche-moi. » lui ordonnai-je presque avant de retirer mon bras d'un geste ferme. « Je ne dirais rien... mais ne me donne pas de raison de le faire. » Fabian recula d'un pas ou deux avant de reprendre la parole assez fort, probablement pour que son pote l'entende, dans je ne savais quel but mais peu m'importait. « Allez, casse-toi p'tit pd. » Sans rien ajouter de plus, je m'exécutai, ne pensant qu'à retrouver Maël.

Je ne m'attendais pas du tout à ce que Maël décide de fêter ses vingt-et-uns ans de cette manière. Du moins, j'avais espéré que nous le fêterions également tous les deux. Rien que nous deux, j'veux dire. Au lieu de ça, je m'étais retrouvé chez lui, au milieu d'une foule d'amis de qui il passait son temps à s'occuper. Je n'étais pas jaloux... bon ok, peut-être que je l'étais un peu, mais lorsque je voyais de jolies minettes se dandiner devant lui la bouche en coeur, je n'avais qu'une seule envie : me lever de ma chaise et me barrer d'ici. Je devais être le seul con à rester assis d'ailleurs, mais je m'en fichais pas mal. La blondasse à qui il était en train de parler ne s'était pas privée de passer un bras autour du cou de Maël et de rapprocher leurs deux visages sous prétexte que la musique était trop forte et qu'elle n'entendait rien. Si j'avais été une fille, je lui aurais sans aucun doute arraché les cheveux en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Oui mais voilà. J'étais resté là, à les observer pendant que ma gorge se serrait un peu plus chaque seconde. Ce que je détestait le plus, c'était être impuissant. Je ne pouvais rien faire d'autre que d'être le spectateur de la chose qui me faisait le plus mal au monde. J'avais envie d'être à la place de cette fille, là, maintenant, tout de suite. Je voulais lui prendre la main et la tenir jusqu'à ce qu'il n'y ait plus personne dans cette fichue baraque. Je voulais sentir sa peau contre la mienne, l'embrasser à en perdre mon souffle. Et probablement que j'en avait d'autant plus envie que je ne pouvais pas. N'écoutant que mon impulsivité, je me levai et me dirigeai d'un pas déterminé vers mon petit-ami et la jeune femme qui lui servait d'amie. « Excuse-moi, tu pourrais m'indiquer où sont les toilettes ? » demandai-je bêtement, précisément à l'intention de Maël. Je savais parfaitement quel chemin emprunter pour y aller étant donné le nombre de fois où j'avais pu venir ici, pourtant. Cependant, contre toute attendre, c'est le plus naturellement du monde que le beau bouclé me répondit. « Tu traverses le couloir et tu prends... » « Tu pourrais pas venir me montrer plutôt ? » le coupai-je de manière intentionnelle. Nos regards se croisèrent, et je devinais alors qu'il avait compris que j'avais besoin de lui. Même pour quelques minutes. « Je reviens. » se contenta-t-il de murmurer à l'oreille de la blondinette qui, à en juger, par sa tête, était visiblement déçue. Et intérieurement, j'étais d'autant plus satisfait. L'air de rien, j’emboitai le pas à Maël et le suivis jusqu'au fond du couloir. Instantanément, sans dire un mot, j'ouvris la porte des toilettes d'une main, et pris la main de Maël de l'autre, puis, j'entrainais mon petit-ami à l'intérieur de cette pièce étroite, prenant bien soin de fermer derrière moi. « J'avais juste besoin d'être avec toi, même pour quelques secondes », avouai-je pour toute excuse en plantant mon regard dans le sien. Un sourire léger mais sincère vint étirer mes lèvres alors que j'observai une légère fossette se former au coin de ses lèvres. Ces lèvres que j'avais cruellement envie d'embrasser. Dans un mélange de tendresse et de fougue, je plaquai un chaud baiser sur cette bouche qui m'attirait tant. De manière presque inconsciente - mais par habitude sans doute - l'une de mes mains vint se glisser sous son t-shirt. « Joyeux anniversaire. » Mes mots n'étaient qu'un murmure mais je savais qu'il les avait entendu. Je ne le voyais pas, mais je pouvais le sentir sourire contre mes lèvres. « Tu sais qu'on n'a pas le temps pour ça... » « Oui, je le sais... » affirmai-je après avoir détaché mes lèvres des siennes sans aucune envie pourtant. « Je veux juste te faire regretter de passer toute la soirée avec les autre... et aussi te faire languir... jusqu'à ce soir. Si tu as encore le courage de fêter ton anniversaire. » Un sourire narquois au coin des lèvres, je reculai d'un pas afin d'atteindre la porte. « Je t'aime. » conclus-je simplement non sans quelques sous-entendus. Puis, je quittai les toilettes. L'air de rien, nous regagnâmes la salle principale, et je dus faire mon possible pour ne pas craquer tandis que j'assistais de nouveau à ce même spectacle, encore et toujours. Le cul sur ma chaise, l'esprit ailleurs, je n'attendais que le moment ou Maël serait enfin à moi. J'avais l'habitude, c'était devenu mon lot quotidien : crever de l'intérieur pour un putain d'amour.



PSEUDO/PRÉNOM: anaëlle. - ÂGE: vingt ans, j'suis une vieille peau ça fout le seum. - PAYS: france. - RÉSERVATION: oui je veux bien s'il vous plaît (s'il faut, je peux vous faire mon regard de cocker, ça marche bien pour amadouer les gens ça). - COMMENT ÊTES-VOUS ARRIVEZ ICI: ma soeur m'a envoyé le lien quand elle a vu qu'il y avait un scénario Larry (elle me connaît trop bien je crois et j'veux pas dire mais ça me fait flipper). - AUTRE: j'ai hâte de pouvoir RP avec vous les bb.   (allez, j'vous lèche la face, c'est cadeau)


Dernière édition par Ethan Berkeley le Ven 29 Nov - 22:56, édité 46 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Berkeley
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
PROFILMESSAGES : 61
INSCRIT LE : 20/11/2013
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : louis (fucking hot) tomlinson.
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (ethan) love à l'envers ça fait vélo. j'ai toujours dis que l'amour c'était un truc de pédale. Jeu 21 Nov - 20:34

+2 parce que je le vaux bien.
Revenir en haut Aller en bas
BISHOPVILLE
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
carnet de rumeurs
AGE DU PERSONNAGE: vingt-cinq ans.
RELATIONSHIPS:
PROFILMESSAGES : 3324
INSCRIT LE : 14/09/2013
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : peace&love
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (ethan) love à l'envers ça fait vélo. j'ai toujours dis que l'amour c'était un truc de pédale. Jeu 21 Nov - 20:59

louiiiiis
bienvenue parmi nous et bonne chance pour ta fiche  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MA PETITE VIE
PROFIL

MessageSujet: Re: (ethan) love à l'envers ça fait vélo. j'ai toujours dis que l'amour c'était un truc de pédale. Jeu 21 Nov - 21:38

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Berkeley
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
PROFILMESSAGES : 61
INSCRIT LE : 20/11/2013
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : louis (fucking hot) tomlinson.
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (ethan) love à l'envers ça fait vélo. j'ai toujours dis que l'amour c'était un truc de pédale. Jeu 21 Nov - 21:47

Merci beaucoup à vous deux.  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MA PETITE VIE
PROFIL

MessageSujet: Re: (ethan) love à l'envers ça fait vélo. j'ai toujours dis que l'amour c'était un truc de pédale. Ven 22 Nov - 18:03

bienvenue parmi nous
bon courage pour ta fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MA PETITE VIE
PROFIL

MessageSujet: Re: (ethan) love à l'envers ça fait vélo. j'ai toujours dis que l'amour c'était un truc de pédale. Ven 22 Nov - 20:48

j'taime toi.    merci encore d'avoir prit mon scéna', tu gères l'étagère  bienvenue et si tu as des questions ou n'importe quoi, harcèle moi par mp  et bonne chance pour ta fiche aussi  
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Berkeley
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
PROFILMESSAGES : 61
INSCRIT LE : 20/11/2013
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : louis (fucking hot) tomlinson.
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (ethan) love à l'envers ça fait vélo. j'ai toujours dis que l'amour c'était un truc de pédale. Ven 22 Nov - 21:00

Tant d'amour je suis tout émoustillé !  Tu es si beau, si parfait si... tout.  
Merciiiiii, j'ai déjà un peu commencé ma fiche, je suis à fond les pompom (ouais, moi aussi j'ai le droit de dire des expressions pourries comme tu gères l'étagère  ). J'essaie de terminer au plus vite pour pouvoir jouer avec toi.   Et je n'hésiterai pas à te harceler.  
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MA PETITE VIE
PROFIL

MessageSujet: Re: (ethan) love à l'envers ça fait vélo. j'ai toujours dis que l'amour c'était un truc de pédale. Ven 22 Nov - 21:04

dit pas ça malheureux  je vais te sauter dessus d'un coup comme ça   que des compliments   j'ai vu et j'adore  vive les expressions pourris krkr   parfait alors   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MA PETITE VIE
PROFIL

MessageSujet: Re: (ethan) love à l'envers ça fait vélo. j'ai toujours dis que l'amour c'était un truc de pédale. Ven 22 Nov - 22:26

bienvenue ♥
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Berkeley
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
PROFILMESSAGES : 61
INSCRIT LE : 20/11/2013
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : louis (fucking hot) tomlinson.
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (ethan) love à l'envers ça fait vélo. j'ai toujours dis que l'amour c'était un truc de pédale. Sam 23 Nov - 0:24

Vas-y donc, tu es maître de mon corps.  

Merci Harveeeeey.  
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Berkeley
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
PROFILMESSAGES : 61
INSCRIT LE : 20/11/2013
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : louis (fucking hot) tomlinson.
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (ethan) love à l'envers ça fait vélo. j'ai toujours dis que l'amour c'était un truc de pédale. Lun 25 Nov - 20:26

(Désolé pour le double-post c'est pas bieeeeen je voulais juste préciser que je suis toujours vivant non vous ne vous débarrasserez pas de moi si facilement, haha ! et que j'avance ma présentation à petits pas).  
Revenir en haut Aller en bas
BISHOPVILLE
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
carnet de rumeurs
AGE DU PERSONNAGE: vingt-cinq ans.
RELATIONSHIPS:
PROFILMESSAGES : 3324
INSCRIT LE : 14/09/2013
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : peace&love
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (ethan) love à l'envers ça fait vélo. j'ai toujours dis que l'amour c'était un truc de pédale. Mar 26 Nov - 14:37

c'est d'accord  
Revenir en haut Aller en bas
Morgan Summers
GOOD GIRL GONE BAD
avatar
MA PETITE VIE
carnet de rumeurs
AGE DU PERSONNAGE: trente ans.
RELATIONSHIPS:
PROFILMESSAGES : 2634
INSCRIT LE : 01/11/2013
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : jamie dornan, le sublime christian grey.
STATUT MONÉTAIRE : aisée, son salaire lui suffit amplement.
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (ethan) love à l'envers ça fait vélo. j'ai toujours dis que l'amour c'était un truc de pédale. Jeu 28 Nov - 19:38

bienvenue ! I love you

_________________

    ✳ JUST THE WAY YOU ARE Il y aura toujours quelque chose pour détruire nos vies. La seule question est : « qu’est-ce qui va nous tomber dessus en premier ? ». On est toujours au bord du gouffre.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Berkeley
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
PROFILMESSAGES : 61
INSCRIT LE : 20/11/2013
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : louis (fucking hot) tomlinson.
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (ethan) love à l'envers ça fait vélo. j'ai toujours dis que l'amour c'était un truc de pédale. Jeu 28 Nov - 19:59

Merci beaucouuuup.  
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Berkeley
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
PROFILMESSAGES : 61
INSCRIT LE : 20/11/2013
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : louis (fucking hot) tomlinson.
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (ethan) love à l'envers ça fait vélo. j'ai toujours dis que l'amour c'était un truc de pédale. Jeu 28 Nov - 22:09

Est-ce possible d'avoir un petit délai ? Uniquement jusqu'à demain, ça me suffira, je n'ai plus qu'à terminer le dernier paragraphe. Mais je suis rentrée tard ce soir donc je ne pense pas pouvoir terminer à temps.
Mais demain ce sera fait Smile Merci d'avaaaaance. I love you 
Revenir en haut Aller en bas
BISHOPVILLE
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
carnet de rumeurs
AGE DU PERSONNAGE: vingt-cinq ans.
RELATIONSHIPS:
PROFILMESSAGES : 3324
INSCRIT LE : 14/09/2013
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : peace&love
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (ethan) love à l'envers ça fait vélo. j'ai toujours dis que l'amour c'était un truc de pédale. Ven 29 Nov - 0:37

c'est d'accord, jusqu'à combien de temps Razz 
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Berkeley
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
PROFILMESSAGES : 61
INSCRIT LE : 20/11/2013
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : louis (fucking hot) tomlinson.
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (ethan) love à l'envers ça fait vélo. j'ai toujours dis que l'amour c'était un truc de pédale. Ven 29 Nov - 7:38

Je pense pouvoir terminer ce soir. I love you 
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Berkeley
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
PROFILMESSAGES : 61
INSCRIT LE : 20/11/2013
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : louis (fucking hot) tomlinson.
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (ethan) love à l'envers ça fait vélo. j'ai toujours dis que l'amour c'était un truc de pédale. Ven 29 Nov - 22:47

Ma fiche est terminée.  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MA PETITE VIE
PROFIL

MessageSujet: Re: (ethan) love à l'envers ça fait vélo. j'ai toujours dis que l'amour c'était un truc de pédale. Ven 29 Nov - 23:06

validé
n'oublie pas de recenser ton avatar surtout I love you amuse toi bien
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Berkeley
CAN'T HOLD US
avatar
MA PETITE VIE
PROFILMESSAGES : 61
INSCRIT LE : 20/11/2013
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : louis (fucking hot) tomlinson.
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (ethan) love à l'envers ça fait vélo. j'ai toujours dis que l'amour c'était un truc de pédale. Ven 29 Nov - 23:10

Merci beaucoup !  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MA PETITE VIE
PROFIL

MessageSujet: Re: (ethan) love à l'envers ça fait vélo. j'ai toujours dis que l'amour c'était un truc de pédale.

Revenir en haut Aller en bas

(ethan) love à l'envers ça fait vélo. j'ai toujours dis que l'amour c'était un truc de pédale.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
can't hold us :: PART TWO :: présentations :: validés :: anciennes fiches à reposter-
Sauter vers: